ump

Cher jeune de l’UMP en quête d’arrogance

Dans la même collection: Cher Jeune de l’UMP, pourfendeur de François Hollande

Cher jeune de l’UMP,

Tu manques parfois d’arrogance (si si, je t’assure c’est possible car justement tu es encore jeune et inexpérimenté) et tu souhaiterais acquérir cette vertu cardinale qui fera de toi un « Very High Pot », un élément à très haut potentiel incontournable au sein de ton parti.

Comme tu le sais, ça ne s’apprend pas à l’école. Alors, tu essaies de glaner ça et là les informations si précieuses nécessaires à ton auto-formation afin d’accéder au niveau ultime de suffisance qui ferait passer en comparaison le footballeur Patrice Evra pour une pâle copie de l’Abbé Pierre.

Ainsi, tu as observé avec sagacité et pertinence qu’il y a dans les rangs de la droite une faune politique qui ne demande qu’à te transmettre ce savoir séculaire mais jalousement gardé. A une condition : il faut t’en montrer digne.

La difficulté, c’est que dans ton parti, il n’y a pas une arrogance mais des arrogances, son caractère protéiforme la rendant d’autant plus difficile à apprivoiser. Il te faudra donc savoir la reconnaître pour ensuite la faire tienne et l’utiliser à bon escient dans la vraie vie.

Sujet passionnant, je me suis permis d’éditer ce modeste article que je te soumets à titre purement amical. Fais-en bon usage, étudie-le : ce recueil, certes non exhaustif car il me faudrait l’année entière pour compiler les différentes manifestations de l’arrogance made in UMP, te donnera néanmoins de précieuses clés pour pénétrer les codes de cette confrérie.

1/ Alain Juppé, l’arrogance vieille France

Lors de la passe d’armes entre le diable François Hollande et l’exorciste Alain Juppé dans le cadre de l’émission Des paroles et des actes jeudi 26 janvier 2012 sur France 2, il était clair que « le meilleur d’entre [vous] » allait éclater le supposé ectoplasme corrézien sur le billot de la compétence programmatique.

Alain Juppé, c’est le maître Yoda de l’arrogance de la droite, sa référence historique des 20 dernière années. L’auteur de la phrase « droit dans ses bottes » en a quasiment fait un marqueur politique de son camp.

L’entendre taxer d’entrée de jeu François Hollande d’arrogance ne manquait donc pas de sel. C’est un peu comme entendre Eric Besson dénigrer un acte de trahison, François Baroin railler un collégien qui ne maîtriserait pas l’anglais, Nadine Morano s’indigner d’une campagne de caniveau ou Jean Sarkozy accuser le président de l’EPAD d’être sous-diplômé. Une histoire de paille et de poutre en somme…

Alain Juppé, c’est donc le modèle de l’arrogant qui ne doute de rien, port de tête altier et verbe cassant, tellement sûr de sa supériorité dans ce jeu d’échec verbal qu’il n’estime pas utile de protéger sa reine. Dommage pour lui, sa reine s’est faite détrousser par l’iconoclaste (et) cavalier Hollande qui l’a mit mat en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…

2/ Jean-François Copé, l’arrogance génétique

Jean-François Copé est devenu l’alpha et l’oméga de l’arrogance dans ton parti, la référence, l’héritier spirituel d’un Alain Juppé atteint, on l’a vu, par la limite d’âge. Moins technocrate, beaucoup moins brillant, mais infiniment plus prétentieux et d’un arrivisme incommensurable. 2017 n’est pas une date sur un calendrier, c’est un Graal.

Jean-François Copé ne fait pas preuve d’arrogance ou de suffisance, il la suinte, il l’habite, il en amidonne le costume. Jean-François Copé EST l’arrogance. Elle n’est même pas une arme de débatteur ou une rhétorique délibérée, elle fait partie intégrante de son génome. Et il est très fort pour la teinter de condescendance, du grand art.

J’ai tendance à penser que Nicolas Sarkozy a perdu sa réélection le soir de son élection présidentielle, à travers le détestable signal qu’il a donné en convolant au Fouquet’s. Jean-François Copé, lui, n’accédera jamais aux plus hautes fonctions, simplement parce qu’il… est Jean-François Copé. C’est le côté Edouard Balladur de ce pur produit de Chirac.

3/ Xavier Bertrand, l’arrogance du roquet revanchard

On pourrait dire de Xavier Bertrand qu’il a bien plus d’assurance maintenant que lorsqu’il en faisait commerce mais comme c’est facile, on ne le dira pas.

Le fidèle écuyer sarkozyste Bertrand, c’est l’arrogant qui n’hésite pas à s’attaquer à un homme à terre, venu de surcroît sans arme, comme ce jour où il terrassa un pauvre journaliste du Courrier Picard dont la télé n’était à l’évidence pas la langue maternelle. Un massacre, que dis-je, une exécution !

Ah ce regard et ce sourire, manifestations ultimes de la basse besogne rondement exécutée… Nounours est en fait un vrai grizzli.

Bertrand ou le courage de s’attaquer aux plus faibles et le manque de compassion personnifiés. Comme il a dû se faire emmerder dans la cour d’école le petit Xavier. Sinon, comment expliquer un tel acharnement, un tel comportement de bizuteur si ce n’est pour exorciser un mal remontant à la petite enfance ?

4/ François Baroin, l’arrogance du provocateur

François Baroin, c’est un ministre de l’économie et des finances polyglotte (il parle français, aubois et troyen) arrivé par effraction à ces responsabilités, ayant sacrifié sur l’autel de son ambition personnelle son compère chiraquien Bruno Le Maire.

Comme beaucoup de ses congénères, il a rarement d’autres lignes de défense que d’expliquer que la Gauche n’est pas compétente pour gouverner le pays. C’est d’ailleurs une constante de la droite lorsqu’elle est dans les cordes : elle sort les cars de CRS pour faire peur et accuse ses opposants d’incurie économique… pour faire peur.

Le petit François à la voix de basse manie donc l’arrogance de manière chirurgicale, lui conférant une portée sémantique : on peut être arrogant tout en véhiculant un message.

Tout comme on peut aussi être arrogant et parler anglais d’ailleurs [1, 2]. Pour un ministre de l’économie européen, ça pourrait même grave le faire ! En plus, en anglais, arrogant se dit… « arrogant », même à Troyes dans l’Aube. C’est un bon début.

5/ Henri Guaino, l’arrogance moralisatrice

Henri Guaino. Même le stoïque conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino serait-on tenté de dire… Faut-il que tes amis, cher jeune pop, se sentent en sursis pour perdre pareillement leur sang-froid.

Tout ça pour une remarque d’un journaliste dénonçant un débat indigne sur l’identité nationale. Le chevalier Guaino se drapant alors dans son honneur et n’acceptant pas la moindre analyse journalistique, tance vertement son contradicteur :  » (…) Vous avez fait quoi dans votre vie ? (…) C’est vous qui êtes indigne (…) [Vous êtes] quelqu’un qui n’a aucun titre pour porter des jugements moraux (…) ».

L’arrogance utilisée comme bouclier de la bien-pensance décrétée par une minorité d’oligarques. Édifiant. Et décevant de la part d’un gaulliste républicain reconnu.

6/ Un surdoué des jeunes pop…

Sans commentaire… Certains n’ont pas besoin d’apprendre, ils sont talentueux naturellement…

7/ A tout seigneur tout déshonneur

Si tu es journaliste dans la galaxie sarkozyste, tremble malheureux ! L’arrogance d’un chef d’état qui n’entend même plus répondre aux questions en conférence de presse, fussent-elles posées maladroitement, c’est le triple A de l’arrogance.

L’arrogance utilisée comme arme de destruction massive, visant à mettre en doute publiquement l’intelligence et la compétence de son interlocuteur.

Mais il y a bien pire : humilier un journaliste est une chose mais refuser de répondre in fine (indirectement) aux citoyens, tous concernés par les questions liées à la crise, c’est la classe mondiale, on est peut-être même en présence du champion du monde…

A côté, François Mitterrand était un enfant de choeur.

8/ Conclusion

Comme tu le vois cher padawan des jeunes pop, l’arrogance est un métier aux multiples facettes et il est clair que ton parti en est un dépositaire très sérieux. Je ne suis donc pas inquiet pour toi : si tu veux apprendre, il ne tient qu’à toi de devenir un Jedi.

A lire dans la même collection Cher Jeune de l’UMP, pourfendeur de François Hollande

About these ads

2 commentaires sur “Cher jeune de l’UMP en quête d’arrogance

  1. Pingback: Cher Jeune de l’UMP, pourfendeur de François Hollande « veni vidi blogui

  2. Pingback: Chère Valérie Rosso-Debord qui cherche un emploi de porte-parole du candidat UMP « veni vidi blogui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s