Carte scolaire : 1 – Handicap : 0

Bonjour Monsieur Luc,

Je suis obligée de reprendre la plume car force est de constater (à regrets !) que la situation ne s’améliore guère dans ton merveilleux ministère depuis ma première intervention. Pour rappel, je m’étais permis de t’appeler au secours il y a quelques mois (Au secours monsieur Luc).

En propos liminaire, sache que j’ai pris quelques menus cours de français pendant les vacances (merci papa pour ces rudiments !) car il est vrai que le style volontairement « moranesque » de ma première missive a peut-être provoqué chez toi quelque indigestion. J’ai toujours 8 ans, habite toujours en Bretagne dans le Morbihan, mon petit frère et moi allons toujours dans une école sur laquelle ton administration (l’Inspection Académique) continue de s’acharner puisque fermetures de classe et gels des emplois d’AVS-I s’enchainent à un rythme effréné digne d’une campagne de réélection présidentielle. Et oui, la CARTE SCOLAIRE, ce broyeur [d’ascenseur] social dont on nous explique qu’il officie pour notre bien car « trop de prof tue le prof », est passée par là en avril dernier.

Ainsi, depuis quelques mois, je te lis avec intérêt, t’écoute avec gourmandise et me suis amusée à vérifier sur le terrain les résultats concrets des annonces gouvernementales dont nous sommes abreuvés, force statistiques à l’appui, à travers le prisme d’un sujet que tu fais mine de porter, les enfants en situation de handicap. Voir à ce sujet ton intervention récente sur France-Info à l’occasion de la grève du 27 septembre 2011.

Si j’en crois ce que j’entends (6min:00s), « …les enfants handicapés ont besoin de plus de moyens, c’est pour ça qu’on augmente le budget d’accueil des élèves handicapés de 13% et qu’on a 12 000 enfants handicapés de plus à la rentrée que l’année dernière… »

Se gargariser de l’augmentation du nombre d’enfants handicapés à l’école comme on se féliciterait de la progression des ventes de la dernière crème anti-rides de L’Oréal est assurément un exercice audacieux. En effet, la vraie question reste la qualité de cet accueil et non pas les records qu’on explose ! Mais cette prouesse confine au funambulisme quand, dans le même temps cher Monsieur Luc, tu assumes sans sourciller les suppressions de postes par milliers (-17000 en sept 2011, -14000 prévus en sept 2012). Tu m’expliqueras donc peut-être un jour comment la conjonction de ces 2 démographies, associée à la doctrine d’intégration des enfants handicapés au sein même des classes ordinaires, permet d’assurer le suivi personnalisé (ce totem qui te permet de balayer d’un revers de main l’hérétique « toujours plus de moyens » des syndicats) de ces enfants élevés dans de vastes poulaillers.

Mais un ministre de l’Éducation, ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.

Ah, mais j’y suis, voilà la solution miracle, les AVS-I (Auxiliaire de VieScolaire Individuelle), portées en grâce en août 2010 – Portail du gouvernement : intégrer toujours plus d’enfants handicapés à l’école. Selon toi, « …Elles contribuent à donner à l’élève un référent avec lequel se tisse une relation proche. Avec la signature de la convention en juin avec les associations familiales et les associations de parents d’enfants handicapés, nous avons envoyé un signal fort dans le domaine des AVS-I qui accompagnent les enfants handicapés… »

Illustration concrète : dans l’école maternelle de mon petit frère, 4 contrats d’AVS-I signés en juin ne sont toujours pas honorés plus d’un mois après la rentrée, leurs titulaires n’étant pas présentes dans l’école pour des raisons occultes que seule ton administration connaît : s’agit-il d’un énième blocage administratif, d’un bug informatique (peut-être est-ce la même équipe qui a commis le logiciel Base Elève…), d’une volonté délibérée d’économie sur le dos des enfants handicapés ?

Bref, à l’heure actuelle, ce sont davantage les fantômes de ces AVS-I que leurs homologues de chair et de sang qui hantent les couloirs de l’école depuis la rentrée . Pour ce qui est de « donner à l’élève un référent avec lequel se tisse une relation proche », ton administration a donc tout faux et quitte à nouer un lien avec un gentil fantôme, autant mettre ces enfants devant un DVD de Casper !

Alors, je te le demande Monsieur Luc, que dois-je faire pour sortir de cette impasse ?

  • Engager Gérard MAJAX afin qu’il retrouve nos AVS-I égarées ?
  • Les mettre sur écoute pour être certaine qu’elles ne sont pas en train d’essayer de se faire de l’argent facile en éditant un « calendrier des poulaillers » (voir cette initiative choquante qui dénigre la fonction !)
  • Fouiller de nouveau le bus de Knysna pour voir si elles ne s’y planquent pas ?
  • Convaincre les parents de ces enfants en difficulté que quelques années de perdues dans leurs apprentissages ne représentent somme toute qu’un maigre sacrifice comparé à la jouissance que procure l’obtention d’un « triple A » par Standard & Poor’s, ce sacrifice étant dès lors bien légitime ?
  • Lancer une collecte ou un grand emprunt pour payer à ces enseignants émérites qui colmatent les brèches quelques pelletées d’un anti-dépresseur efficace (peux-tu me donner l’adresse de Jacques SERVIER STP) ?

Décidément, là où ta carte scolaire passe, l’élève handicapé trépasse.

Bien à toi mon Luc. A te lire.

Jasmine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s