Mon nom est Georges et je suis étudiant étranger

Mon nom est Georges et j’ai été étudiant étranger à une époque où l’Union Européenne n’existait pas mais où les nationalismes étaient exacerbés, puis chercheur dans un domaine de pointe, la physique des particules.

J’ai pris acte de la circulaire Guéant relative aux étudiants étrangers non européens qui restreint leur possibilité de travailler en France après leurs études.

Personnellement, vu ce que j’ai traversé, cette circulaire ne me fait pas peur, elle ne fait que m’insulter.

Dusse ma modestie en souffrir et malgré mon « défaut de naissance » qui m’a fait étranger, je crois avoir contribué à mon niveau à certaines avancées scientifiques notoires et m’être d’ailleurs vu décerner pour cela quelques menues distinctions par mes pairs.

Certaines de ces avancées ont trouvé leurs applications dans des domaines aussi vastes et aussi importants que la médecine et l’imagerie médicale.

J’espère d’autre part avoir rendu à ce pays la confiance qu’il avait placée en moi lorsqu’il m’a accueilli dans l’école de la République, en étant instigateur d’un projet pédagogique qui fait encore référence aujourd’hui dans le domaine de l’apprentissage des sciences.

J’ai également essayé, autant que faire se pouvait, de trouver des débouchés industriels aux brevets que j’avais déposés et aux process que j’avais mis au point  parce que je suis persuadé que l’innovation est le moteur principal de l’économie et plus généralement que la science ne peut être confisquée par une élite mais doit au contraire être partagée par le plus grand nombre.

Pardon d’avoir la faiblesse de penser que j’ai, à travers mon cursus professionnel et mon engagement citoyen, contribué au rayonnement de la France et à la création de richesse sur ce territoire. Pardon d’être intimement persuadé de n’avoir pris la place de personne mais d’avoir au contraire rendu au centuple ce que ce pays m’avait donné.

Je me prénomme Georges, mon nom de famille est CHARPAK, je suis émigré polonais naturalisé français en 1946, ancien résistant, prix Nobel de Physique 1996 et à l’origine de La main à la pâte.

Je vous écris d’outre-tombe et je suis content de ne pas avoir assisté à ça de mon vivant…

NOTE : Geoges Charpak est mort le 29 septembre 2010. Puisse-t-il me pardonner d’avoir utilisé cette figure de style rhétorique pour faire passer ce message.

Sources : 20 minutes (1), 20 minutes (2), Le Point, Wikipedia, Blog d’Henri verdier

Publicités

2 commentaires sur “Mon nom est Georges et je suis étudiant étranger

  1. Pingback: Dix raisons objectives de ne pas voter Sarkozy en 2012 | veni vidi blogui

  2. Pingback: Dix raisons objectives (quoi que…) de ne pas voter Nicolas Sarkozy en 2012 | Résistance Inventerre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s