Lettre au Père Chatel, dessine-moi une Auxiliaire de Vie Scolaire

Cher Monsieur Luc, chef des écoles,

Je m’appelle Jasmine, j’ai 8 ans et j’habite en Bretagne. J’ai un petit frère qui s’appelle Noah, il a 5 ans.

Avant de commencer, je dois t’avouer que Jasmine et Noah ne sont pas nos vrais prénoms. J’ai préféré utiliser des pseudos comme on dit sur Facebook car si on me reconnait, j’ai trop peur que parmi tes amis, certains essaient de nous chercher des problèmes : par exemple, j’ai peur que le petit monsieur à lunettes qui fait du parachute à Boulogne vienne avec les gendarmes chez papa et maman, ou que la grande dame blonde qui vient de l’Est, qui a l’air si méchante et fait tout plein de fautes de français quand elle parle, licencie ma maman du magasin où elle travaille, ou encore que le jeune monsieur aux cheveux tout gris décide que je n’aurai pas droit au RSA lorsque je serai une pauvre en âge de ne pas trouver d’emploi.

Mais je voulais vraiment t’écrire car je suis assez préoccupée ces temps-ci après t’avoir entendu parler des élèves en situation de handicap, lors de la réunion entre gens importants que vous avez eue il y a quelques jours (l’atelier sur les politiques du handicap qui s’est tenue le 1er décembre dernier).

Lors de cette réunion, tu as déclaré entre autres :

« …Nous accueillons aujourd’hui dans nos établissements 214 000 enfants handicapés en cette rentrée 2011, c’est 60% de plus qu’en 2005… Les deux-tiers de ces enfants (environ 146 000) sont scolarisés dans une classe ordinaire et 65 000 bénéficient d’un accompagnement individuel (les fameuses AVS), c’est 3 fois plus qu’il y a 6 ans. Le tiers restant (67 000) est scolarisé dans des classes spécialisées (CLIS dans le 1er degré ou ULIS dans le 2nd degré)… Le budget pour l’accueil des enfants handicapés a augmenté en 2011 de 13%, il augmentera de 30% pour le budget 2012… Nous avons créé des postes d’accueil avec un nouveau statut (les auxiliaires de scolarisation) qui sont 2000 depuis la dernière rentrée et nous avons prévu au budget 2012 d’en recruter 2300 supplémentaires… « .

Oh là là, on pourrait en faire un collier pour la fête des mères de tous ces chiffres ! C’est rigolo cette façon d’industrialiser le handicap. Tu as dû apprendre ça chez L’Oréal avec tante Liliane.

Mais tu as dit aussi qu’il te faudra « continuer ce défi quantitatif » de l’accueil des enfants handicapés en milieu ordinaire. Donc, on sent bien que tu as envie de faire savoir à tout le monde que tu mets le paquet pour intégrer vraiment beaucoup beaucoup beaucoup d’enfants handicapés dans les écoles même si on doit après ça les laisser au fond de la classe à ne rien faire.

L’important, c’est donc bien qu’ils soient comptabilisés, pas qu’on s’en occupe correctement.

Mais tu sais, moi, c’est pareil : quand je joue à Mario Bros sur ma Nintendo DS, j’essaie toujours de battre mes records. Et peu importe comment. Ce que je regarde à la fin, c’est le score qui s’affiche. Et ensuite, je vais faire ma crâneuse devant mes copines.

Car d’un autre côté, tu as aussi décidé de supprimer 14 000 postes dans l’Éducation Nationale à la rentrée 2012 dont 5700 dans le primaire.

Alors, je me suis dit qu’il était bizarre ton calcul : ça fait de plus en plus d’élèves, et aussi de plus en plus d’enfants handicapés… mais de moins en moins d’enseignants pour les encadrer.

Mais c’est peut-être logique finalement, c’est la règle de trois qui doit marcher comme ça. C’est surement les grecs qui l’ont inventée. Pourtant, je me demande s’ils sont vraiment aussi malins qu’on le dit ces Grecs car ça n’a pas l’air de fonctionner très bien pour leur dette souveraine.

En tout cas, c’est la preuve que tu réussis à différentier les moyens comme tu le dis tout le temps : grâce aux économies que tu fais en nous entassant dans des classes-poulaillers, tu peux augmenter le budget communication qui te sert à nous dire que c’est pour notre bien.

Bref, mon problème à moi, ce ne sont pas tellement tous ces chiffres auxquels je ne comprends pas grand chose.

Mon problème, c’est plutôt que mon petit frère, il a un handicap justement. Le docteur a dit qu’il y avait eu des complications pendant l’accouchement. Alors, des fois, il ne comprend pas très vite ou fait des crises. On a dit à ma maman qu’il devrait surement aller en CLIS ou en CLAIS (des classes spéciales) quand il ne serait plus en maternelle.

Mais pour l’instant, il est encore en maternelle, dans une classe où il y aura 34 élèves à la rentrée de janvier. 34, tu t’en souviendras, c’est le nombre de membres de ton gouvernement « resserré » comme l’avait dit ton président. Finalement, même là, les effectifs explosent. Ah, cette satanée carte scolaire qui touche aussi maintenant les ministres…

Il était prévu qu’une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire individuelle) s’occupe de lui, ce sont les gens du Conseil général qui l’avaient décidé déjà l’année dernière. Il y a un même un dossier à son nom quelque part dans un tiroir à l’Inspection d’Académie.

Mais en fait, depuis la rentrée de septembre, aucune personne avec un t-shirt marqué AVS n’a encore trouvé le chemin de son école. C’est à se demander si ces personnes sont vraiment dégourdies et si elles savent se servir d’un GPS.

Enfin, je te dis ça mais il n’y a pas d’urgence non plus, ne te mets pas Charles Martel en tête (spéciale dédicace à ton ami Claude) car ça ne fait finalement que 3 mois de retard sur les 8-9 que compte une année scolaire.

Et qu’est-ce que 3 mois à l’échelle d’une vie, surtout de la sienne, puisqu’il est handicapé ? Pas grand chose. Après tout, il a toute la vie pour apprendre à compter jusqu’à 3 ou à écrire son nom.

Donc, pour l’instant, sa maîtresse, elle n’a pas beaucoup de temps à lui consacrer et d’ailleurs je ne sais même pas si on lui a appris comment faire. Elle est toute jeune, vient de commencer à enseigner et a dit à maman qu’elle n’avait jamais eu de formation spécifique pour s’occuper d’enfants comme lui.

Du coup, moi, j’essaie de l’aider comme je peux mais il faut déjà que je fasse mes devoirs et que j’aide maman à la maison, alors, j’ai pas toujours le temps.

Et puis souvent, il me tape aussi, le docteur dit que ce n’est pas de sa faute et qu’il m’aime quand même.

Je trouve ça triste, alors je pleure souvent à cause de ça dans mon lit.

Maman aussi pleure tout le temps et papa s’énerve beaucoup. Il dit que l’école est faite pour les élèves qui n’ont pas de difficultés et qu’elle abandonne les autres sur le bord de la route. Moi j’ai déjà vu des chiens sur le bord de la route mais jamais des enfants.

Papa, il crie fort aussi à cause de la crise. Il a perdu son travail il y a quelques mois et il n’arrive pas à retrouver un emploi. Des fois, il va au restaurant et nous ramène à manger. D’ailleurs, c’est drôle, j’ai vu à la télé que ton roi président était allé au même restaurant que papa. C’était le 22 décembre. Peut-être qu’ils se sont vus. C’est bizarre quand même un restaurant d’où on peut ramener de la nourriture. Peut-être que ton président aussi en a ramené pour sa famille.

Alors, j’ai compris ce que tu veux dire lorsque tu parles de personnalisation des parcours. En fait, grâce à toi, mon petit frère suivra le même parcours que papa : le restaurant où il va tout le temps et pôle-emploi où il aura un suivi personnalisé grâce à son conseiller.

Voila Monsieur, j’espère que tu pourras lire ma lettre et me répondre. Le père Noël l’a bien fait. Et d’ailleurs, si tu vois le père Noël, dis-lui que l’année prochaine je ne veux pas de cadeaux, je préfère qu’il trouve une solution pour aider mon petit frère car si les maîtresses ont le temps de bien s’occuper de lui, il pourra se débrouiller tout seul quand il sera grand et maman pleurera moins.

Et moi aussi.

Publicités

3 commentaires sur “Lettre au Père Chatel, dessine-moi une Auxiliaire de Vie Scolaire

  1. bonjour,

    Je suis AVS; tu as oublié de dire que souvente les AVS, après quelques années de pratique et de formation se retrouvent comme ton papa, sans travail et que tous les ans nos formateurs recommencent avec des nouveaux au lieu de pouvoir perfectionner tous les AVS qu’ils ont formés et en préparer de nouveaux. Comme tu le comprend, l’Etat est encore trop riche pour se permettre de gaspiller de l’argent.

    • Merci de votre commentaire pertinent et justifié.

      Comme vous l’avez compris, le billet est volontairement sarcastique à l’égard de l’institution (le ministère) et aborde le sujet selon un parti pris, celui de l’utilisation du handicap à des fins électorales.

      Du coup, il traite évidemment le sujet de manière non exhaustive, cad pas du point de vue des AVS (qui font un travail indispensable mais dans des conditions déplorables), mais plutôt du point de vue de l’enfant handicapé.

  2. Pingback: Lettre ouverte au président du peuple des veaux | veni vidi blogui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s