Nicolas Sarkozy répudie l’école et convole avec Jeanne d’Arc

Les deux derniers discours du président candidat Sarkozy, le premier jeudi 5 janvier pour la présentation de ses voeux à destination des enseignants et chercheurs, le second vendredi 6 janvier pour la célébration du 600e anniversaire de Jeanne d’Arc, montrent sans équivoque qu’il est entré en campagne (ça, tout le monde le savait déjà) et indiquent sans ambiguïté la coloration qu’il entend lui donner.

Deux discours totalement indigents frisant parfois l’ineptie et qui tranchent avec sa volonté de prouver par ailleurs son côté volontariste et son statut d’unique sauveur de la nation (l’enchaînement des sommets européens pour sauver l’euro, le G20, sa marche forcée sur la taxe Tobin, son interventionnisme dans la crise des agents de sûreté aéroportuaires et dans la tentative de sauvetage de l’entreprise SeaFrance etc…).

Des discours indigents mais ni insipides, ni anodins. Ils montrent que l’animal politique Sarkozy entre dans l’arène et avec quelles armes il entend aller chercher son Graal.

Satisfaire les Réformateurs de la Droite Libérale

Concernant l’Education, Nicolas Sarkozy ne cherche pas à mettre en place ce qui marche mais ce qui plait. En l’occurrence, ce qui plaît aux cibles (mouvantes) électorales qu’il convoite ou aux courants de pensée utiles du moment. Et c’est là une différence fondamentale.

Il méprise le monde de Education et plus encore ses personnels, car il les considère comme des grévistes en puissance, réfractaires à toute réforme, et hautement privilégiés par leur statut, par opposition à la France électorale qui se lève tôt, celle « des ouvriers, des salariés et des cadres, qui sont lancés dans la compétition internationale« .

Ça transpirait dans son allocution, tant sur la forme (quel discours infantilisant et mielleux !) que sur le fond (les professeurs doivent « accepter de nouvelles manières de travailler, être plus présents dans les établissements »). Sous entendu, « On va vous remettre au travail, bande de nantis ! ».

Il cherche donc à briser ce corporatisme en ultra-libéralisant le métier et en institutionnalisant la compétition : moins d’enseignants mieux payés (du moins en théorie car la communication orientée du ministre Chatel omet de préciser que, s’il est vrai que les enseignants débutants touchent davantage, la grille de salaires évolue ensuite moins rapidement, ce qui génère sur le long terme des économies budgétaires…), c’est une façon de désinhiber et d’encourager le système d’heures supplémentaires.

L’autonomie des établissements et l’évaluation des enseignants par les chefs d’établissement en est une autre illustration : ce système plus pyramidal est celui utilisé dans le monde du privé pour mettre la pression à chaque échelon de l’organigramme, l’avancement d’un cadre dépendant de sa propre aptitude à pressuriser ses subordonnés.

Intérêt individuel versus intérêt corporatiste, la pomme de discorde est toute trouvée.

Et c’est un discours qui plait assurément aux Réformateurs de la Droite Libérale (dont fait partie Luc Chatel !) ou aux collectifs comme le nauséabond SOS Education. Que du très lourd !

Bref, le fonctionnaire félon devra rentrer dans le rang.

Et comme l’a dit justement Thierry de Cabarrus sur Le Plus, « L’école est une entreprise comme les autres ».

Dont acte.

Draguer la droite populaire pour attirer les électeurs FN

En choisissant de commémorer l’anniversaire de Jeanne d’Arc, c’est fromage et dessert, Nicolas Sarkozy draguant ostensiblement les électeurs du Front National et envoyant par la même un signal fort à la Droite Populaire.

Cette droite Populaire qui compte dans leurs membres des gens comme Lionnel Luca, Thierry Mariani, Jacques Myard, Eric Raoult, Christian Vanneste pour ne citer que les plus médiatiques, ça vous pose un parti !

Cette même droite populaire qui a dû sentir son ego et tout le reste s’hypertrophier lorsque le président, au bout d’une interminable et insupportable leçon d’histoire de plus de 13 minutes (pour une allocution de 19 minutes au total durant laquelle je me disais sans cesse que professeur n’est décidément pas un métier facile), expulsa finalement son message même pas subliminal  « Le patriotisme est l’amour (viscéral) de son pays sans la haine des autres… Jeanne n’appartient à aucun parti, à aucune faction, à aucun clan« .

CQFD. Entre un patriotisme protectionniste non xénophobe et un patriotisme irresponsable économiquement et qui prône la haine de l’autre, ton choix, cher citoyen éclairé, doit être sans équivoque. Ecoute moi, aime moi, élis moi. Et boute la Marine hors de France !

Un Nicolas Sarkozy qui entend donc réutiliser les mêmes méthodes gagnantes qu’en 2007 pour siphonner les voix du FN tout en s’achetant un nouveau Kärcher et en enfonçant le clou sur les thématiques de la droite nationaliste déjà initiées par son ami Claude Guéant : stigmatisation des romscirculaire relative aux étudiants étrangersextension des peines plancher aux réitérants et plus seulement aux récidivistesexpulsion des étrangers qui se rendraient coupable de faits de délinquance

Il n’est cependant pas certain d’y parvenir tant l’héritière de Montretout semble ratisser large, dédiabolisant son offre politique tout en conservant le socle des valeurs familiales, et tant ses électeurs ont été échaudés par l’effraction de 2007.

Stop ou encore ?

L’Histoire jugera donc si Nicolas Sarkozy était un visionnaire cynique hors norme ou juste un président aux abois, un triste sire qui se giscardisa et partit sous les tomates.

Mais il est clair qu’entre Jeanne d’Arc et l’école républicaine, son coeur ne balance plus.

Il espère que la première l’aidera à conserver son mandat par un vol à l’arraché.

Mais il a choisi de donner la seconde en pâture à son aile libérale pour qu’elle continue, par pure idéologie, par pure folie, à la décharner et à honorer ses dieux Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s.

Son calcul politique à destination du Front National m’importe peu, les loups se mangent entre eux et moi, je regarde ailleurs.

Mais son offrande sacrificielle est un crime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s