Traité de physique politique : Nadine Morano et le principe de Fermat

En optique géométrique, le principe de Fermat dans sa forme simplifiée et vulgarisée énonce que La lumière emprunte toujours le chemin du temps le plus court, c’est-à-dire le chemin qui correspond à une dépense d’énergie minimale.

Et il en va ainsi plus généralement des systèmes physiques dans la nature où prévaut le principe de moindre action (le processus qui consomme le moins d’énergie sera privilégié par le système).

On raille abondamment et à juste raison le côté populo-vulgaire de Nadine Morano, ses dérives compulsives sur Twitter, ses naufrages lexicaux et grammaticaux, son appartenance ultra-zélée à la cellule riposte de l’UMP, sa supra-dépendance aux éléments de langage dont l’absence la prive de tout argument, son adulation sans borne de Nicolas Sarkozy et le fait qu’elle s’adonne à tout cela avec une dévotion admirable ou pathétique, selon le prisme que l’on utilise.

Tous autant que nous sommes, nous en oublierions presque de la présenter pour ce qu’elle est, une responsable politique.

Presque tous. Mais pas tous, sa « biographe officielle » Dom B. veille au grain :-).

L’auteure en question justement a eu cette formule savoureuse et bien sentie « Morano est à la politique ce que les algues vertes sont à la Bretagne, une pollution insidieuse et mortelle qui finit par dégoûter et par faire fuir. »

Breton, je ne peux qu’être sensible à cette métaphore maritime.

Je compléterais en disant que « Nadine Morano est à la politique ce que le principe de Fermat est à l’optique géométrique, une recherche constante de la réflexion minimale (mais non lumineuse…) et du raisonnement primaire, qui finit par faire douter de ses véritables compétences« .

Dernier exemple en date du « principe de Morano », après le calamiteux exposé relatif à la TVA sociale dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV jeudi 5 janvier, son interview du mercredi 11 janvier sur France-Info à propos notamment du quotient familial dont le PS envisage de modifier les règles de calcul.

Et attention au feu d’artifice : sophismes flagrants, mauvaise foi sur la base d’un exemple évidemment tronqué et orienté, lecture laborieuse, permanente et scrupuleuse de ses notes (remarquez la pagination !), éléments de langage récités à la manière d’une enfant de maternelle, tout y passe.

On sent donc une ministre, plutôt à l’aise dans le rôle du porte-flingue (certes caricaturale mais qui fait le job), mais totalement à la rue sur le fond du dossier, n’en maîtrisant pas une seule ligne. Une interview Bourdin bis repetita !

Et ça commence sérieusement à se voir. Tout comme commence aussi sérieusement à se voir cette façon de nous prendre pour des électeurs attardés, cette tactique constante visant à orienter l’information, afin de tirer des conclusions grandiloquentes à partir d’UN exemple bien ciblé.

Mais en l’espèce, la ministre Morano est-elle seulement capable d’aller plus loin dans l’analyse ? N’est-elle pas tout simplement, non pas en limite mais en rupture de compétences ?

Était-ce là la rupture si chère au candidat Sarkozy en 2007 ? Belle performance assurément !

Quoi qu’il en soit, madame la sinistre ministre conforte par l’expérience le modèle proposé il y a plusieurs siècles par Pierre de Fermat et sa maxime « La nature agit toujours par les voies les plus courtes et les plus simples« .

Beau slogan de campagne en plus !

Publicités

Un commentaire sur “Traité de physique politique : Nadine Morano et le principe de Fermat

  1. Pingback: Présidentielle 2012 : Moody’s valide le projet socialiste ! « veni vidi blogui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s