Marine Le Pen a-t-elle fait économie première langue ?

Chère Jean-Marine,

Hier, suite à ta séquence apocalyptique face à Jean-Luc Mélenchon dans l’émission Des Paroles Des Actes, j’ai écrit un billet peu charitable à ton encontre. Ton refus de débattre avec le candidat du Front de Gauche me libéra en effet l’espace pour un propos logorrhéique et vitriolé qu’aujourd’hui, après cette gueule de bois télévisuelle, je serais presqu’en passe de regretter.

Car oui, il y a eu pire et j’en viens à me demander si je ne me suis pas trompé de bataille.

Ce pire, ce fut ta confrontation avec François Lenglet, journaliste économique et directeur de la rédaction de BFM Business. Ce pire, je l’ai tout d’abord raté : en petit bourgeois hédoniste, je m’étais autorisé une sortie au restaurant, qui me fit rater ta prestation de haut vol sur les questions économiques. J’ai donc dû me rattraper aujourd’hui. C’est bien normal, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même de jouer au bourgeois. Si Jean-Luc Mélenchon savait ça, il ne me calculerait plus et, le cas échéant, ne me lirait plus !

Anne-Sophie Lapix : 1 – Marine Le Pen : 0

Par ailleurs, je me souviens encore de la punition que t’infligea Anne-Sophie Lapix lorsque, invitée dans son émission Dimanche +  le 15 janvier, tu sombras corps et biens sous les coups de boutoir de la belle dans une séquence d’anthologie relative à question d’économie. Tel un fox-terrier attrapant une souris, elle te saisit à pleines dents pour ne plus relâcher son étreinte jusqu’à te faire rendre gorge. Du grand art.

Du buzz qui en découla, on put classer la population en deux ensembles :

  • ceux qui considéraient qu’Anne-Sophie Lapix avait effectué un formidable travail journalistique en te mettant face à tes incohérences et en pointant l’hérésie de ton programme;
  • ceux qui estimaient en contraire qu’elle était allée trop loin, outrepassant sa fonction et son devoir d’impartialité, ne te laissant jamais le temps de répondre, et t’ayant au final tendu une sorte de guet-apens.

Bien évidemment, tu hurlas comme d’habitude au complot ourdi par le « système » et intenta à Anne-Sophie Lapix un procès en déloyauté (est donc déloyale une journaliste qui ne se prosterne pas devant toi). Note pour toi : penser, si ce n’est pas déjà fait, à déposer plainte contre elle.

Le fait est que tu as quand même pris une peignée et qu’on ne t’avait pas encore vue dans une telle détresse, bien infoutue d’user de ta rhétorique contorsionniste pour t’en sortir.

Match de barrage chez François Lenglet

Dans sa grande mansuétude, le service public projeta donc de te donner une seconde chance, dans un match de barrage ce jeudi 23 février. L’occasion de montrer urbi et orbi que tes compétences d’économiste était réelle car en face de toi se trouvait le placide et urbain François Lenglet, accompagné certes de ses sournois graphiques, mais dont la méthode est de poser des questions concrètes et pédagogiques, puis d’en attendre religieusement les réponses.

En l’occurrence, ces questions portaient sur les conséquences de la dévaluation suite à une sortie de l’euro et sur le remboursement de la dette de 1700 milliards libellée en euros, des propositions phares de ton programme. Et à ce titre, censées être maîtrisées. Même moi j’en ai compris les tenants et aboutissants lorsque le journaliste en a exposé les principes, c’est dire.

Roulements de tambour…

Sur ce, je laisse au lecteur le soin de visionner la vidéo et de juger sur pièce de la pertinence, de la qualité et de la précision de tes réponses…

Bien en peine pour ma part de juger le fond, ce qui me frappe en revanche à chaque fois, c’est cette incapacité patente ou ce refus, tant devant Anne-Sophie Lapix que devant François Lenglet, à commenter ou à contre-argumenter en s’appuyant sur une connaissance approfondie du contenu même des mesures, en un mot cette inaptitude à plaider son dossier, cet amateurisme.

Mais en informatique, ça a un nom : SYNTAX ERROR !

Bref, inoubliable performance pour ce match de rattrapage dont vacuité économique et incurie programmatique sont assurément les maîtres mots. Décidément, avec la performance en non-débat face à JL Mélenchon, c’était open bar hier dans « ton émission ».

Message à destination du gentil internaute qui lit cet article : prendre 2 fois 5 minutes pour visionner ces 2 vidéos et me dire si après ça, il semble raisonnable de laisser la petite Marine effectuer son stage découverte de 3e aux commandes de ton pays…

Moi je dis ça, je dis rien, je suis pas économiste. Mais je m’y connais bien en flan et en soupe.

Publicités

4 commentaires sur “Marine Le Pen a-t-elle fait économie première langue ?

    • Bonjour,
      Où voyez-vous des propos insultants dans cet billet ? Il s’agit juste d’une prise de position, certes déclinée de manière ironique, mais qui ne décrit que la réalité à mon sens.
      Décidément, c’est une ligne de défense constante dans votre parti de hurler à l’insulte dès que vous avez du mal à argumenter. Je pense que vous devriez plutôt vous placer sur le terrain du débat justement. Par exemple, a-t-elle répondu correctement à Lenglet ?
      Bonne journée à vous.

  1. Il n’y a qu’un mot pour décrire l’argumentation de Marine Le Pen: NUL.
    Son programme est fallacieux et ne s’y trompent que ceux qui n’y comprennent rien à l’économie, au social et à la société en général.

  2. Surtout Marine Le Pen s’est completement dégonflée face à Mélenchon. Comment donné le pouvoir à quelqu’un de si peu combatif ? Elle ne fait pas le poids face à Merkel et Poutine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s