Le coq Sarkozy se dresse sur ses ergots mais est terrorisé par la basse-cour

Nicolas Sarkozy le belliqueux, Nicolas Sarkozy le bagarreur de rue, Nicolas Sarkozy prêt à en découdre à la savate de peur d’en prendre un bon coup dans le séant le 6 mai par des Français excédés de son comportement d’enfant gâté.

Le voila qui propose maintenant à son adversaire deux débats dans l’entre-deux tours. Tellement certain d’atomiser François Hollande si celui-ci est qualifié pour le second tour, tellement sûr de sa supériorité sur le candidat socialiste, le fanfaron de Neuilly se dresse sur ses ergots, bombe le torse, recommence à se pavaner et claironne :

« Si les Français me choisissent, je participerai évidemment au débat. C’est un moment solennel qui fait toujours ressortir la vérité des personnalités et des projets ».

En creux, ça signifie qu’il se fait fort de démasquer l’imposteur François Hollande, comme se proposait déjà de le faire Jean-François Copé dans l’émission Des paroles des actes. On a vu ce que ça a donné. Mais à l’évidence, le candidat sortant n’a toujours pas compris que le problème est justement sa personnalité et que son projet, c’est son bilan mais en pire. Un bilan si famélique qu’il ferait passer en comparaison le désert du Sahel pour une forêt tropicale.

Evidemment, le but n’est pas comme il le dit de « ne laisser ainsi aucun sujet dans l’ombre » mais bien de dénoncer encore une fois, à travers le refus qu’y opposera probablement François Hollande, le manque de courage du candidat socialiste. C’est un des angles d’attaque privilégiés du déontologique parti présidentiel depuis le début de la campagne, passant plus de temps à perpétrer des attaques ad hominem qu’à établir un programme cohérent.

Un candidat socialiste couard contre le héros protecteur de la France forte, l’affiche est tellement grossière que même Nadine Morano, Frédéric Lefevbre et David Douillet ont dû la comprendre sans qu’on ait besoin de la leur coucher sur papier. Et ça montre à quel niveau l’UMP place le débat : un concours d’invectives et de provocations uniquement destiné à cacher la vacuité du fond.

Alors, courageux le coq Sarkozy ? Tout dépend de la basse-cour. Et tout dépend de qui (ré)écrit l’histoire du héros.

Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler ce qui s’est passé jeudi 5 avril lors du forum sur les femmes organisé à Sciences Po par le magazine Elle auquel Nicolas Sarkozy devait participer mais pour lequel il s’est décommandé en dernière minute, prétextant que « les conditions de sa sécurité n’étaient pas réunies ».

En l’occurrence, sa sécurité était « menacée » par une centaine d’étudiants qui avaient décidé de l’accueillir vertement et bruyamment. Si l’intégrité physique du candidat est menacée par quelques dizaines d’étudiants siffleurs (on ne parle pas de terroristes mais bien d’étudiants), on peut se montrer inquiet quant-à l’efficacité et au sang-froid de ses gardes du corps.

La vérité est que le roi a évidemment voulu éviter un nouveau Bayonne à cause de l’impact déplorable de la colère médiatisée de ses sujets sur son image et de la sensation de fin de règne que ça occasionne.

Nicolas Sarkozy est donc courageux chez lui, devant sa télé, devant ses troupes ou sur son vélo au Cap-Nègre, mais un peu moins devant quelques étudiants surchauffés qui pourraient ruiner son image. Le Sarkozy 2007-2008, celui du Guilvinec par exemple, était plus couillu. Pas bien malin mais couillu. A l’inverse, celui de 2012 est plus calculateur et a plus de morgue que de testostérone.

Il a donc envoyé en première ligne sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet. La classe.

Nathalie Kosciusko-Morizet porte-parole du candidat Sarkozy

NKM, au teint de porcelaine mais devenue cassante comme du verre. Une NKM qui n’aura pas mis 2 mois à emprunter les mauvaises habitudes de son camp, ajoutant l’arrogance, la provocation et la victimisation au côté hautain aristo qu’elle portait déjà dans ses chromosomes.

Ainsi, elle n’hésitera pas à accuser la journaliste de Elle d’avoir voulu attirer le candidat Sarkozy dans un traquenard. C’est bien connu, le magazine Elle est incontestablement l’un des plus politisés, des plus engagés et des plus influents de tous les médias français. Et à côté, L’Humanité est un journal édité par le Medef…

Après François Hollande accusé d’être, à travers ses propos, à l’origine de la manifestation de Bayonne («Hollande a annoncé l’épuration, forcément, ça échauffe les esprits des gens de la base.»), une journaliste de la presse féminine incriminée pour celle de jeudi. A ce rythme-là, au prochain slogan anti-Sarkozy, on se demande si Casper le petit fantôme ne devra pas quitter le pays sous peine d’être mis en examen.

Une NKM transformée en clone féminin de Xavier Bertrand. Et une NKM déjà essorée par ce porte-parolat où il lui aura fallu faire le grand écart entre le « toutes les civilisations ne se valent pas » de Guéant et Buisson, le maintien du nucléaire décidé par son patron, elle l’écolo qui claque la bise à José Bové, et son intérêt individuel qui lui dicte de ne pas se brûler les ailes pour l’après-Sarkozy.

Une NKM courageuse mais manifestement pas encore assez politique car totalement enferrée dans des bottes qu’elle a dû emprunter à Juppé avant de venir, le Juppé de 1995 s’entend. Et un long chemin de croix duquel elle ne s’extirpera que par la fuite. Pour tout dire, ça ne sent pas la sérénité absolue dans le camp de l’UMP…

Bref, le courageux coq Sarkozy a jeté dans la basse-cour de Sciences-Po sa porte-parole qui, pour le coup, faisait aussi office de gilet pare-balles. Mais un petit conseil Nicolas, pour « atomiser » quelqu’un en débat, il faut déjà être présent et ne pas se déballonner. Sous peine de transformer le combat de coqs tant espéré en pathétique chant du cygne.

Publicités

6 commentaires sur “Le coq Sarkozy se dresse sur ses ergots mais est terrorisé par la basse-cour

  1. Bonsoir Derdrie,

    C’est de la la politique tout simplement, et quand bien même toute cette basse cour soit des plus detestables dans leurs basses oeuvres, Sarko va probablement rempiler pour 5 autres annees, les turbulences, aussi fortes soient-elles, n’ayant jamais empêché des atterissages bien réussis.
    Il suffit de causer à bien des pilotes).

    Faudrait-il s’en rejouir? Oui et Non, en ce qui me concerne.
    Tonton avait dit jadis  »…j’aurais été dans une petite rue fermée aux deux bouts, je n’aurai pas pensé que j’étais perdu. ».

    Notre bonhomme de President est pareil, et (mis a part toute la difficulte qu’il aura eu a se depetrer de sa melasse dans cette cuvee 2012), a probablement plus de chances de l’emporter qu’on ne veuille bien lui accorder.

    Notre pays semble etre fait desormais, d’une mixture abjecte de cette forme de salmigondis mediatico-politique qui se repand comme tache d’huile depuis 2007, et de cette vacuite abscons chez la plupart des electeurs qui, elle, frise la debilite mentale tout simplement.

    Vous savez deja que j’ai une sympathie au-dela du raisonnable avec Sarko, pas tant sur le plan politique ou je considere qu’il a ete passable a bien des egards, que sur sa personne et son parcours que je comprends pour diverses raisons.

    Je ne suis pas angelique pour un sou, mais comme disait deja Tonton, dans ses rares et edifiantes confessions, Sarko egalement  »… aime qu’on l’aime » (et souhaiterait qu’on ne lui en veuille pas 😉 ) d’une part, et surtout, croit au combat (politique s’il en faut) et se sert (toujours) des armes qu’il detient.

    Ce que devraient savoir ses competiteurs (sous peine de s’en mordre les doigts vite fait, bien fait), c’est que l’artiste (en depit de ses contorsions et etats d’ame qui peuvent preter a sourire et/ou pleurer, c’est selon) est en situation de combat, et quand il livre un combat, se met aussi dans l’état d’esprit de celui qui le gagnera.

    Voila le Sarko tout cru. Le reste est affaire de gout, d’affinites, ….
    Qu’il puisse perdre n’est pas pour lui une affaire en soi. Qui se souvient de cette image du Sarko sous les injures, sifflets, quolibets et crachats des tartuffes du RPR en 93/94 si ma memoire est bonne? Ils avaient perdu les europeennes, et pour l’Grand (ah, celui la 😉 ) et sa smala de bronquignols, il fallait dezinguer le Petit.
    La verite est qu’il sont tous revenus lui manger dans la main en 2007, et, …, recommencent en 2012.

    Vous voulez savoir? C’est ce jour la (pour moi qui vote plutot a gauche) que ce bonhomme m’a tape dans l’oeil (je rigole) et presque m’est devenu sympathique.

    Pour le reste (je veux dire la portee UMP et alentours) il s’est paradoxalement entoure de faux durs, de faux professionnels, tous vaguement nationalistes, mollement européens et discrètement atlantiques, de bien peu d’intelligence et surtout au verbe aiguisé (JFC, FL, NKM, XB, LW,…) et cherchant bien souvent a convaincre leurs auditoires, que gouverner consiste à n’être responsable de rien.
    D’ou, PAS DE BILAN. Circulez, ya rien a voir.

    Enfin,….

    Ci joint le lien d’un post que j’avais commis en 2008 (http://buggin2007.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/10/27/juste-un-petit-moment.html).

    Encore une fois, milles excuses pour l’accentuation, clavier QWERTY oblige.

    Amities,
    Tookontan

    • Bonjour Tookontan
      Que voila de bien intéressantes informations et une analyse pointue de la psychologie sarkozienne, je vous en remercie. Merci également de toutes ces références politico-historiques que je ne possède pas.
      Vous aurez également compris que ma plume n’attaque pas le bonhomme (ce qui n’est pas le cas lorsque je traite de sa garde rapprochée JFC, FL, NKM, XB, LW…) mais sa politique, son anti-politique oserais-je dire.
      Et croyez-moi si vous voulez mais je comprends qu’on puisse trouver de la qualité au personnage justement parce que je suis très attaché au fait de casser les codes, en toutes circonstances, ce qu’il a toujours fait.
      MAIS, sa politique est inexcusable. Par exemple, a mon niveau de simple citoyen, il a massacré l’Education Nationale et ça pour moi c’est rédhibitoire. Je ne suis pas prof mais j’ai des enfants. Et je ne suis pas rentier, donc eux ne le seront pas non plus. Et l’école, ascenseur social, je sais ce que ça signifie.
      En 2007, Sarkozy avait l’occasion de rentrer dans l’histoire, vraiment. Mais il a décidé de rentrer au Fouquet’s. C’est dommage mais maintenant c’est trop tard. Il a laissé passer sa chance et brûlé sa chandelle.

      Et je vous garantis, je vous parie ma maigre solde, qu’il ne sera pas réélu… 🙂
      Amitiés

      • Cher ami,

        Je vous comprends si bien et je suis certain de la qualite de votre jugement. Pour preuves.
        Qu’il perde, comme vous semblez le croire (et c’est une eventualite) ne changera helas pas le fait que notre pays semble etre fait desormais, d’une mixture abjecte de cette forme de salmigondis mediatico-politique qui se repand comme tache d’huile depuis 2007, et de cette vacuite abscons chez la plupart des electeurs qui, elle, frise la debilite mentale tout simplement.

        Si en 2007, il avait l’occasion de rentrer dans l’histoire, mon avis est que s’il l’emporte (comme je le crois, en depit de tous ses travers et de ses erreurs), il aura du coup merite qu’il lui soit accorde la chance de devenir le President qu’il aurait deja du devenir.

        Dans cette hypothese (a laquelle bien peu croient aujourd’hui), et en depit de mon orientation et ma sensibilite politique, j’irais personnellement lui dire (croyez-moi), qu’en marge de mon indulgence et ma sympathie hors de propos, le temps etait venu d’oeuvrer en consequence, que la plaisanterie (de sa bronca d’incapables) n’avait que trop dure, que tous nous savons de quoi sont faits ses travers qui insupportent, et,…, qu’il merite mieux qu’une sortie par la petite porte, …, et que Derdrie, Tookontan et bien d’autres seront, a partir de dorenavant jusqu’a desormais, les fous du Roy 😉 Salubrite publique oblige.).

        Amities,
        Tookontan

      • Si vous allez le voir pour lui dire ses 4 vérités, dites-lui au passage de ne pas me coller de contrôle fiscal aux basques pour mon irrévérence récurrente !

  2. Derdrie,

    Je l’ai jamais rencontre l’artiste.
    Mais je crois le connaitre tout de meme depuis qu’il est sous les feux et nous livre un spectacle a donner le tournis.

    En ce qui me concerne, j’ai depuis, decide de faire avec. Mais je n’ai pu, ne peux, n’ai voulu, ni ne veux voter pour lui en toutes circonstances. Il y en a suffisamment pour cela, croyez moi.

    Vous seriez surpris de savoir (et c’est mon intuition) que dans l’hypothese selon laquelle il vous aurait lu de fond en comble (toute  »irreverence » comme vous dites s’il en est, mise a part), il vous aurait apprecie somme toutes.

    Il est d’une typologie qui accorde credit au courage, et vous en avez, vous pouvez en etre certain. Il respecte sans doute ceux qui ont de l’intelligence et de l’esprit (et le succes et l’attrait de vos billets en sont la marque).

    Le bonhomme comme tout bon egotiste (nous sommes 2 lui et moi sur ce coup la), sans doute, deteste au plus profond de lui meme les larbins, parvenus et frustres en tous genres transis d’admiration.

    D’ou sa mannie d’en faire un usage exagere, y compris tout autour de lui. Ca ressemblerait a s’y meprendre a du vice.
    Qu’est-ce qu’il doit se marrer et piaffer de malice, apres avoir soupe et juste devant son emission favorite, tous les soirs 🙂 .

    Je vous l’ai deja dit: surtout, ne vous retenez pas. C’est une question d;hygienne publique.
    Milles excuses toujours, pour l’accentuation, clavier QWERTY oblige.

    Amities,
    Tookontan.

  3. Pingback: Le courage politique de Nicolas Sarkozy expliqué à mes enfants | veni vidi blogui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s