Si Sarkozy est réélu, on ne pourra plus dire qu’on se savait pas

Nous sommes à la veille d’une élection cruciale. Le vote de demain ne sert pas seulement à élire le prochain président de la République, il sert surtout, pour chacun d’entre nous, à exprimer ce que nous voulons pour notre avenir et celui de nos enfants. Il s’agit donc d’un choix sociétal davantage qu’idéologique, sur fond de crise économique et financière.

Cette crise a d’ailleurs bon dos, utilisée tantôt par le président sortant pour se dédouaner de son piteux bilan, tantôt pour nous imposer à marche forcée ses nouvelles propositions encore plus libérales. Et pour un peu, il serait satisfait du résultat produit en 5 ans…

Nul besoin de disserter ici du programme de l’un et de l’autre, la presse l’a fait abondamment et avec acuité. Mais avant que chacun d’entre nous ne soit amené à faire son choix définitif, je l’invite à se poser les quelques questions suivantes :

1/ Est-il normal que le candidat Sarkozy ait proféré autant de mensonges durant sa campagne (voir le véritomètre I>Télé Owni) et plus encore au cours du débat avec François Hollande le 02 mai dernier (voir le véritomètre du débat) ? Derniers en date : la soi-disant régularisation de tous les sans-papiers par le PS,  les horaires de piscine à Lille, le déni du terme “vrai travail”, le soutien inexistant de Tariq Ramadan, l’appel fantôme des 700 mosquées, la soi-disant présence de François Hollande le 1er mai derrière les syndicats, les chiffres abracadabrantesques sur les effectifs de l’éducation nationale, liste non exhaustive…

2/ Si Nicolas Sarkozy ment de manière compulsive, presque pathologique, et porte le cynisme à son paroxysme dans l’unique but de se faire réélire, qu’en sera-t-il une fois qu’il le sera, d’autant plus qu’il n’aura pas à se soucier de se faire élire une 3e fois puisque seuls 2 quinquennats sont autorisés ? Autant dire que les vannes seront grandes ouvertes pendant ces cinq nouvelles années.

3/ Pourquoi s’attaque-t-il systématiquement aux syndicats et propose-t-il en parallèle de modifier la loi pour permettre des accords « compétitivité-emploi » au niveau du contrat de travail individuel, subrogeant ainsi les accords législatifs ou réglementaires (code du travail), les accords de branche ou les accords d’entreprise qui, rappelons-le, doivent s’appliquer dans cet ordre et préempter tout accord individuel ? Cette dérégulation du marché du travail ne vise-t-elle pas à faire des cadeaux à ses amis du Fouquet’s et au MEDEF à qui il doit son élection de 2007 ?

4/ Est-il normal qu’il remette en cause l’impartialité de la presse (le système politico-médiatique dans son jargon), accusée en creux de ne pas lui être favorable ? Dans quel type de régime essaye-t-on de museler la presse hostile pour ne conserver que les médias bienveillants ? La finalité de la presse est-elle de devenir un organe de propagande du pouvoir en place ? Que penser d’un président qui traite la presse d’investigation d’officine au service de la gauche ?

5/ Pourquoi Nicolas Sarkozy exprime-t-il autant d’agressivité dès qu’un journaliste l’interroge sur les affaires Karachi (attentats et soupçons de financement de la campagne 1995 d’Edouard Balladur) , Kadhafi (soupçons de financement de sa propre campagne de 2007) et Woerth/Bettencourt (idem) ?

Nicolas Sarkozy dans « Paroles de candidat » sur TF1 le 12 mars 2012

Nicolas Sarkozy dans « Dimanche + » sur Canal Plus le 29 avril 2012

6/ Pourquoi un candidat qui confesse que la politique ne rend pas heureux et envisage le cas échéant de s’en retirer s’accroche à ce point à cette élection, perdant toute dignité dans le combat politique et bafouant la morale comme personne avant lui ? Est-il si drogué au pouvoir qu’il ne puisse s’en passer ? Un homme qui ne voit sa fonction qu’à travers le pouvoir qu’elle sous-tend est-il encore en capacité de gouverner la France ? Ou faut-il y voir au contraire la peur panique de perdre son impunité pénale et de devoir rendre des comptes sur ces fameuses affaires qui commencent à le cerner ?

7/ Pourquoi Nicolas Sarkozy est-il défavorable à l’immunité du chef de l’état pour des faits antérieurs à son investiture, à l’inverse de François Hollande qui veut justement lever cette immunité ? Est-il normal qu’un président en exercice n’ait pas à répondre à une convocation de la justice pour des faits remontant à avant son élection ? Pourquoi au cours de son mandat ne peut-on pas porter plainte contre lui alors que lui peut le faire (Médiapart) ? Est-ce à dire qu’un impétrant qui se réclame candidat du peuple estime néanmoins ne pas devoir être traité comme tel ?

8/ Nicolas Sarkozy et sa garde rapprochée nous martèlent et pérorent que si la droite n’avait pas été au pouvoir, la situation de la France eut été bien pire ? En apportent-ils la preuve ? Ce procès en incompétence et illégitimité de la gauche s’appuie-t-elle sur des faits tangibles ?

9/ Est-il moral qu’un dirigeant entretienne les peurs de ses concitoyens pour expliquer qu’après ou sans lui, ce sera le déluge ? Que les marchés financiers attaqueront la France. Que les agences de notation dégraderont notre note. Qu’il ne faudra pas 2 jours pour la France sombre. Que nos partenaires refuseront de discuter avec nous. Que nous subirons le sort de la Grèce et de l’Espagne. Là encore, où sont les faits permettant d’étayer cette théorie de la « terreur économique » savamment instillée ?

10/ Est-il acceptable qu’un président de la République encore en poste ait eu comme unique stratégie de campagne la stigmatisation incessante de certaines catégories socio-professionnelles et le clivage systématique comme arme de destruction massive, alors qu’il doit au contraire être garant de l’unité nationale et, d’après ce qu’il prétend, parler à tous les Français ?

11/ Nicolas Sarkozy est-il digne de la fonction présidentielle lorsqu’il adopte une posture victimaire en dénonçant « les injures, la calomnie et les torrents d’outrance » alors que lui même a construit sa campagne sur la brutalité, notamment en meeting où il invective, insulte et incite ses partisans à une certaine forme de violence (une journaliste de Médiapart prise à partie lors du meeting du Trocadéro, Ruth Elkrief insultée au meeting de Toulon) ?

12/ Est-il encore un républicain lorsqu’il braconne de manière éhontée sur les terres du Front National à des fins électoralistes ou pire, par idéologie, par doctrine ? Comment peut-il accepter que son propre ministre de la Défense donne une interview au journal Minute afin de tenter de légitimer ce rapprochement ?

13/ Tout simplement, au vu de ce qu’il montre spécifiquement depuis 3 mois, Nicolas Sarkozy a-t-il mérité d’être reconduit ? Peut-on supporter aujourd’hui le climat délétère, quasi-insurrectionnel, qu’il est en train de nourrir ? Car quoi qu’il arrive dimanche, il aura coupé la France en deux. Et pourquoi aucun des candidats présents au 1er tour n’appelle à voter pour lui, ni même ne lui apporte son soutien à titre personnel pour ce second tour ?

Dimanche 06 mai, avant de glisser votre bulletin dans l’urne, faites-le en conscience mais en étant bien certain de vous être posé ces questions. Dimanche soir, il sera trop tard et on ne pourra plus dire par la suite « Ah si on avait su ! ». Car on savait, cinq ans de Sarkozysme nous l’avaient enseigné.

Sa réélection serait une faute politique majeure. Alors qu’il y a une vraie alternative, un changement. Lundi, il sera trop tard…

Publicités

17 commentaires sur “Si Sarkozy est réélu, on ne pourra plus dire qu’on se savait pas

    • Bonjour,
      C’est marrant ce déni systématique de la réalité quand même dans votre camp. J’en déduis que ces questions vous dérangent.
      Ah, et cette façon si savoureuse d’insulter et d’invectiver dès qu’un opinion différente de la vôtre se fait jour, c’est décidément un marqueur dans votre camp politique.
      Moi un malade ? Je ne serais pas plutôt un « petit calomniateur » ?
      Bonne journée… et bonne soirée surtout.

  1. « C’est marrant ce déni systématique de la réalité quand même dans votre camp »

    Regardez simplement les différents commentaires sur la toile quant à l’élection du nouveau pré.., de Mr. Hollande pardon, et vous verrez que les plus hostiles et non-ouverts sont bien les partisans et sympathisants de gauche

    • Bonjour,
      Les plus hostiles, je ne sais pas, je pense que ça dépend sur quels sites : il est probable qu’à chacun de vos exemples on trouvera un contre-exemple.
      Mais ce qui est clair et difficilement contestable je crois, c’est que la campagne de Nicolas Sarkozy était très clivante, ce qui suffit expliquer une bonne partie des commentaires hostiles, de quelque bord qu’ils soient.
      Personnellement, je trouve que sa stratégie de campagne aura coupé la France en deux, et, je le redis, venant d’un président en exercice, ce n’était pas digne.
      Bonne journée à vous.

  2. Bonjour Derdie,

    Ca y est cette fois! L’artiste aura échoué là même où, pourtant, il lui aurait été possible de réussir. C’aurait été un exploit tout de même, s’il y était parvenu.

    Et dieu sait qu’il en était capable. Le Sarko m’aura étonné de bout en bout!

    Je n’ai pas cru une seconde que lui même croyait en ce tas de balivernes qu’il nous a débité ces dernières semaines.
    Quand je pense à tout ce gâchis, j’en suis triste pour lui même.

    J’ai vôté pour son adversaire, car en dépit de mon indulgence au delà du raisonnable avec l’artiste, je n’ai jamais pu trouver un quelconque sens politique, un semblant de vision et une cohérence à ses exploits et faits d’armes.
    Car il y en a eu si l’on veut rester honnête.

    Mais l’artiste, tout doué qu’il est, n’est pas parvenu à vaincre cet égo démesuré qui le hante et le dévore, et qui somme toutes, lui aura procuré finalement bien peu d’heures de gloire pour pas grand chose, quoiqu’en disent ses zélateurs.

    Toutefois, si de ne plus avoir et/ou nous en voir débarassés la portée UMP et ses illustres avatars (JFC, XB, NKM, NM, LW, …, et Frédo le cancrelat, pour ne citer que ceux-là), le prix à payer fût de le congédier (et de quelle manière), tout homme de  »gauche » que je suis et lui nourrissant une sympathie bien déraisonnable, je considère in fine que ça en valait le coup, quand bien même je reste convaincu qu’il finira par manquer au paysage tout de même.

    Je crois même que ses grands écarts de ces quinze derniers jours lui seront pardonnés plus vite qu’on veuille bien le croire, et que finalement, avec un peu de chance, lui même en soit quelque part transformé.

    Sacré bonhomme!

    Amitiés
    Tookontan

    • Bonjour Tookontan,

      >> Toutefois, si de ne plus avoir et/ou nous en voir débarassés la portée UMP et ses illustres avatars (JFC, XB, NKM, NM, LW, …, et Frédo le cancrelat, pour ne citer que ceux-là)

      Là, pour le coup, le meilleur est à venir, ils vont s’entretuer dans l’optique des législatives car cette échéance conditionne également la façon dont la bête UMP va être dépecée et reconstituée (=en combien de morceaux et taille de chaque portion).
      Il suffit de voir le pathétique plaidoyer de JFC depuis hier (ah, ces éléments de langage qui tuent la politique…) et notamment l’argumentaire inepte consistant à dire que la gauche ne doit pas avoir tous les pouvoirs (ah bon, le vote des Français n’est pas souverain ?) pour comprendre que sur le fond, ils sont totalement démunis et par voie de conséquence qu’ils n’arriveront jamais à s’unir d’ici le « 3e tour ».

      Amicalement
      Derdrie

  3. Salut Derdrie : malgré tout ce que tu met avant, plus de 48% des votants hier se sont dirigés vers Sarkozy. Je suis assez déçu qu’il n’y ait pas eu davantage de rejet de ce duel, étonné surtout, comme si les Français s’étaient dit qu’il avaient des responsabilités à assumer, que ce second tour était essentiel… alors que devant les scores du premier tour, on a l’impression qu’il ne s’est rien passé, que le contexte est celui d’un simple traditionnel petit tour de piste, comme en 1988, 95, ou pour le premier tour de 2002.

    • Salut zogarok,
      Tu as raison et je me suis fait la même réflexion : le score de Sarkozy est finalement honorable au regard du rejet qu’il semblait susciter. Et je me demande bien ou se niche ce réservoir de voix. Il semblerait finalement que sa campagne ultra-droitière et son clivage systématique lui aient évité une déroute.
      Personnellement, je souhaitais un plébiscite de Hollande aux alentours de 55-45 pour faire le deuil de ces 5 ans de maltraitance mais il n’en a donc rien été et je reste un peu sur ma faim.
      Cela dit, Sarkozy n’avait probablement aucune chance, même s’il avait au contraire orienté sa campagne vers le centre : ce qui posait problème avant toute chose, c’était sa personnalité, son mode de gouvernance, ses mensonges répétés etc. Le problème chez Sarkozy était… Sarkozy himself.
      Il aurait fallu qu’il change de nom… 🙂

  4. Buisson, le maurassien, a gagné, car nombreux sont ceux à l’UMP qui savent que sans cette campagne d’extrême droite le rejet aurait eu lieu de manière plus massive et qui valident ce discours.
    Il faut tenir compte d’une chose c’est que nous ( sur les réseaux ) avons un prisme un peu déformé car nous sommes sur informés et nous décortiquons les messages, ce qui n’est pas le cas de la majorité de la population qui ne retient dans les messages politiques que la partie qui les concerne directement.
    A mon avis la campagne de FH n’ a pas été bonne dans les dernières semaines car il est resté dans un discours très techno d’une part et il s’est laissé submerger par les mensonges et les contre-vérité alors que les autres ont sorti les grosses ficelles populo-populiste qui marchent dès que l’on joue sur les peurs,rejets de l’autre et la stigmatisation des uns contre les autres.
    ( encore une semaine à l’entendre et il nous remettait la peine de mort sur la table)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120426.OBS7187/buisson-l-homme-qui-va-faire-perdre-sarkozy.html

    • Absolument et le côté technocratique vs l’argumentaire plus direct, moins fouillé, est aussi une des raisons (peut-être la principale) pour laquelle le discours de Jean-Luc Mélenchon a été moins audible que celui de Marine Le Pen chez les classes populaires.

  5. Avez vous vu le reportage dans Envoyé Spécial jeudi dernier sur le vote FN dans les zones rurales et péri-urbaines,c’est édifiant !

    http://www.pluzz.fr/envoye-special.html

    Le matraquage et les mensonges reprennent de plus belle ( mal élu,drapeaux à la Bastille,pas de campagne à l’extrême droite,..) ils sont moins bavards sur la TVA « sociale », décret signé et paru au JO dans la nuit de samedi à dimanche !!

    • Bonjour Zogarok,
      J’aimerais publier mais je suis débordé en ce moment, pas une minute disponible. Dommage, les législatives vont se dérouler sans moi !
      Fin juin, ça devrait aller mieux et je reprendrai le chemin du clavier.
      Je vais regarder votre lien.
      Bonne journée.

    • Ma foi Zogarok, rien ne me choque dans ce reportage, qui date par ailleurs de plus d’un an. Pas de « méthodes » particulières, un reportage assez neutre et mesuré à vrai dire, mais pas inintéressant.
      Cela dit, celui de mai de cette année (le lien de cathliberty44) m’avait davantage atterré : il démontrait que MLP fait de la politique « discount et fast food », destinée principalement à des gens qui ne veulent pas prendre le temps de réfléchir et d’analyser, des gens qui votent comme ils vivent : en consommant, en zappant et en attendant qu’on leur serve les choses sur un plateau, par manque de temps, de volonté de comprendre ou d’intérêt pour la chose politique.
      Ça ne veut pas dire que ses vrais partisans, ceux qui épousent tout ou partie de ses thèses idéologiques sont idiots. 🙂
      Mais je demeure convaincu qu’elle a puisé une grande partie de son électorat chez des gens qui ont été séduits par la simplicité et parfois le simplisme de son discours.
      Mélenchon à l’inverse a fait l’erreur de faire une campagne trop introspective, certes didactique mais avec des concepts parfois difficiles à comprendre.
      Et on a vu le résultat : 18% d’un côté, 11% de l’autre.
      Pour emprunter à la métaphore sportive, Mélenchon a pratiqué un jeu plus léché mais MLP a été efficace devant le but. En somme, Chelsea a battu Barcelone…

      • Non, pas de pratiques « soviétiques » évidemment ; mais c’est que, globalement, le vote FN est assimilé à un vote de peur, d’exclusion sociale, de repli absolu (village perdu loin de tout, village anonyme, sans style et sans âme dans le même temps) et de débilité mentale assez marquée. Il n’y a pas de coupes fallacieuses ou de faux témoignages : je parle d’une approche et d’une méthode.

        Je ne vois toujours pas en quoi cette campagne, ni d’ailleurs le style de Mélenchon est introspectif, en quoi c’est un érudit ou un esprit brillant. C’est un gardien du temple cultivé et passionné, pas un prophète, ni un sage, ni un intellectuel.

        Sans vouloir être cynique voir sinistre, la majorité de l’électorat est dans le fast-food. Certains y sont sans le savoir ; ils sont peut-être doués, intelligents, éduqués, mais ne suivent pas la politique de près et donc se réfèrent à des schémas primaires ou dépassés : combien de consommateurs de fast-food parmi les électorats de Bayrou, Sarkozy et Hollande ? Je ne parle pas d’individus amorphes : je parle de gens qui font trop confiance aux normes établis et aux clivages médiatiquement dominants. On peut aussi avoir des convictions très profondes et les séparer de la politique, pour n’y venir que comme un consommateur de fast-food.

        Et pour l’image du mec zappant depuis son fauteuil sans comprendre ce qu’il voit, et attendant qu’on le serve, c’est tout de même la caricature du gauchiste parasite, autant que du facho totalement anéanti et dissocié. Donc l’image ne sert pas forcément Mélenchon, soutenu par beaucoup de jeunes écervelés et d’excités, quand bien même son discours serait si affuté et brillant.

  6. Bonjour Derdrie,

    Ca fait presque un mois et ça a l’air d’une éternité depuis la présidentielle. Je suppose que vous avez pu vous reposer ces dernières semaines car ce fût une vraie campagne que vous avez menée, et de quelle éloquente manière.

    L’artiste quant à lui a pu se reposer aussi (je l’espère), et quand bien même quelques anicroches seraient en vue avec les procédures qui ne manqueront pas d’être engagées à son encontre, s’en sortira (du moins je le lui souhaite vraiment).

    Je ne crois pas qu’il soit sain de s’acharner sur lui, car après tout (peu importe les facéties) il a tout de même servi la nation.

    S’il est rapporté des preuves indiscutables de délits ou manquements, ce devrait être à la justice et à elle seule d’en apprécier la nature et la portée.

    Mais surtout, de grâce, que ce salmigondis politico-médiatique (qu’il a du reste contribué à installer) nous fasse l’économie d’un lynchage organisé. Et ça, je n’en suis pas du tout certain.

    Qu’il ait échoué à obtenir de meilleurs résultats, ou encore que son magistère fût des plus passables, n’enlève rien au fait qu’il lui soit accordé du respect. Surtout de la part de ses adversaires (aussi bien au PS qu’à ceux qui furent planqués à l’UMP).

    La débâcle des législatives est à elle seule une sanction que l’artiste aura certainement perçu comme lui étant personnellement adressée in fine.
    Pas besoin donc d’en rajouter et laissons à ce (jeune) papa le bonheur de profiter de sa fille désormais.

    Par contre, le JFC devrait reçevoir sa curée, puissamment, et sans appel, tant il est vrai qu’il s’agit d’une urgence de salubrité publique. Nous avons aussi besoin en d’une UMP républicaine.

    Je ne crois pas me tromper en affirmant sans doute que beaucoup de lecteurs comptent sur vous pour mener la charge à travers vos billets.
    Je vous invite donc à accorder un traitement décuplé au roquet que vous n’en aviez pour l’artiste, et soyez en sûr, je (nous) languis(sons) déjà de vos billets.

    Amitiés,
    Tookontan

    • Bonjour Tookontan,

      J’aurais souhaité « couvrir » les législatives car il y avait bcp à dire mais depuis les présidentielles, je suis totalement débordé par mon travail (je ne m’en plains pas, au moins, j’en ai un !).
      Juillet devrait être plus calme et je pourrai de nouveau vaquer à ma méchanceté gratuite ! 😉
      Avec les règlements de compte que la droite ne va pas manquer d’organiser en son sein, ce sera à n’en point douter open bar.
      Merci de vos encouragements en tout cas.
      Amicalement
      Derdrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s