Comment l’UMP insulte le gouvernement pour camoufler son propre bilan

Amateurisme, impréparation, irresponsabilité, imposture : il ne se passe pas une semaine sans qu’au moins un de ces quatre mots ne soit mentionné par un dirigeant de l’opposition, dans un communiqué, une tribune, une interview ou une émission, pour qualifier l’action de l’exécutif.

Avec une mention spéciale évidente pour le premier : amateurisme. C’est le mot qui compte triple chez les détracteurs du gouvernement.

Une mauvaise foi inouïe mais logique

Il faut avouer que les ministres socialistes, entre couacs, bourdes ou prises de position téméraires, donnent régulièrement le bâton pour se faire battre. Et la droite, drapée dans une mauvaise foi inouïe mais somme toute logique dans sa position, s’en donne à cœur joie.

On se rappellera par exemple la tribune de Nathalie Kosciusko-Morizet dans « Le Figaro » où elle parlait de « règne d’amateur, fade et triste », le procès en irresponsabilité intenté à Vincent Peillon lorsqu’il évoqua l’ouverture d’un débat sur la dépénalisation du cannabis, ou le caprice récent d’Eric Ciotti à propos de la suppression prévue de SA loi contre l’absentéisme scolaire. Quant au mot imposture, il fait tout simplement partie du génome lexical de Jean-François Copé.

Le point d’orgue de cette curée est évidemment le cafouillage de Jean-Marc Ayrault cette semaine à propos de l’annulation par le Conseil constitutionnel de la loi sur le logement social.

Une stratégie concertée

Jean-François Copé indique ainsi que « le premier ministre gouverne la France n’importe comment (…), un tel niveau d’amateurisme et d’impréparation, on n’a jamais vu ça ». De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce sur Twitter :

Un premier ministre annonçant la censure de la loi logement social alors que le conseil constit n’a pas statué: on nage en plein amateurisme

— N. Kosciusko-Morizet (@nk_m) Octobre 24, 2012

Valérie Pécresse déclare quant-à elle sur Public Sénat : « On vient de vivre une étape supplémentaire dans la série ‘Les amateurs' ». Et François Fillon souligne dans un communiqué que « la censure par le Conseil constitutionnel de la loi sur le logement social sanctionne l’amateurisme et l’impréparation du gouvernement. »

Quatre interventions, quatre fois le mot amateurisme ou sa déclinaison. Evidemment, tout ceci relève d’une stratégie concertée : celle visant à instiller, à travers ce « gouvernement-bashing », l’idée que le pouvoir en place ajoute l’incompétence à l’inexpérience et en creux, que le gouvernement précédent incarnait tout l’inverse.

Il s’agit ni plus ni moins de ce qu’on a pu voir pendant la campagne présidentielle, avec des éléments de langage tournant en boucle de bouche en bouche. L’opposition aujourd’hui est juste une excroissance de la « cellule riposte », enferrée dans sa quête désespérée d’un remplaçant acceptable à son chef de tribu déchu.

La droite mal placée pour donner des leçons

En vérité, si la droite taxe la gauche d’amateurisme, c’est qu’elle-même se considère éminemment professionnelle. Si elle l’accuse d’impréparation, c’est qu’elle s’estime prête à exercer les responsabilités à sa place. Si elle vilipende son irresponsabilité, c’est pour montrer que de son côté, elle est sage et responsable.

Et si elle brocarde l’imposture de son élection, c’est qu’elle juge que le pouvoir lui revient légitimement de droit, et que, peut-être, il faut revoir la constitution pour y indiquer que « la France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale gouvernée par la droite ».

Ceci étant, c’est donc avec horreur que nous découvrons que le précédent gouvernement, sorte de corps d’élite surentraîné, à la fois professionnel, préparé aux plus hautes fonctions, responsable, et par définition légitime, nous a néanmoins emmenés dans le mur, transformant la dette en abysse et faisant exploser le nombre de chômeurs d’une unité (à l’UMP, quand on parle de chômeurs, l’unité de mesure est le million).

C’est ce même gouvernement, qui a instauré un bouclier fiscal pour finalement le supprimer, qui a défiscalisé les heures supplémentaires alors que la quasi-unanimité des économistes avait mis en garde contre la nocivité de la mesure en période de fort chômage, ou qui a lancé l’ambitieux grenelle de l’environnement pour finalement nous expliquer que « l’environnement, ça commence à bien faire« .

Fillon complexé par son bilan

Dans ce contexte, entendre les dirigeants de la droite distribuer des notes au nouvel exécutif est juste lunaire. À peu près aussi ridicule que si Mickael Vandetta contestait la validité scientifique des travaux du récent prix Nobel français de physique.

Évidemment, tout ceci ne sert qu’un unique dessein : faire l’impasse sur le droit d’inventaire des années Sarkozy et détourner le regard des problématiques économiques et sociales qui constituent l’échec patent, irréfutable et dramatique de l’ancien gouvernement.

Très logiquement, celui qui fustige le plus l’actuel gouvernement en brandissant le mot amateurisme n’est autre que le chef de l’ancien exécutif François Fillon. Alors que la stratégie de Jean-François Copé est d’imposer les thèmes du débat en faisant son marché à la foire aux puces de l’extrême-droite (exactement ce qu’a fait Sarkozy au cours de la campagne 2012), François Fillon cherche au contraire à cacher son bilan de premier ministre sous le tapis.

Un tapis de bombes en l’occurrence : plus il est radical et plus il professe que ses successeurs sont des amateurs, plus il donne l’impression, totalement infondée, que lui n’en est pas un. Il n’y a rien de cartésien là-dedans, juste l’utilisation habile de son image d’homme d’Etat et la dissémination de jugements et de critiques qui infusent lentement les esprits. Et comme personne ne le contredit, la critique se fait vérité.

C’est toute la stratégie actuelle de Fillon : alors que Jean-François Copé cherche à promouvoir sa droite décomplexée, François Fillon cherche à l’inverse à se défaire de cette droite complexée qui traîne son bilan comme un boulet.

Publicités

Un commentaire sur “Comment l’UMP insulte le gouvernement pour camoufler son propre bilan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s