Nadine Morano, plutôt que de nous parler d’économie, économisez vos interventions !

On le savait tous. Quand Nadine Morano a décidé d’apporter son soutien à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP, on savait que le « Morano show » initié durant la campagne présidentielle allait reprendre de plus belle et que Nadine Morano allait écrire de nouvelles pages de sa propre légende.

Sachant en outre qu’elle est désœuvrée depuis la perte de sa circonscription législative en juin dernier, il fallait s’attendre à ce qu’elle occupe son temps libre à courir les plateaux, pourrir le gouvernement et barrir doctement les éléments de langage mis à sa disposition par les têtes chercheuses de l’opposition.

Que Nadine Morano cogne comme une sourde – et il faut lui reconnaître certaines prédispositions -, oui. Mais qu’elle parle d’économie à une heure de grande écoute, parfois devant des enfants, non. Car il y a des limites physiologiques à ce que tout être humain, même le plus solide, est capable d’endurer.

Nadine Morano et l’économie : une histoire douloureuse

S’agissant d’économie, Nadine Morano part de loin. De très loin. De plus loin que Toul. On se souviendra ainsi que Jean-Jacques Bourdin réduisit en lambeaux sa démonstration sur la nécessité de la TVA sociale, un beau matin de janvier sur BFMTV, alors qu’elle tentait d’en faire la promotion.

Ce « Vous dites des bêtises Nadine Morano, vous ne maîtrisez pas le sujet » asséné par Jean-Jacques Bourdin à l’époque aurait dû la calmer pour l’éternité. La faire réfléchir et se demander si de tels sujets appartenaient réellement à sa sphère de compétences. Mais non.

L’élève Morano recalée une nouvelle fois

On dit que la foudre ne peut pas tomber deux fois au même endroit. C’est évidemment faux d’un point de vue strictement scientifique mais vrai d’un point de vue statistique. Nadine Morano se moque des statistiques. Et les statistiques se moquent d’elle. La foudre est donc retombée, ce matin. Même endroit, même émission, même interviewer.

Dans cette nouvelle interview et dans la droite logique du gouvernement-bashing en vogue actuellement, Nadine Morano voulait simplement porter un message : « ce gouvernement est nul ». Point barre. Que ne s’est-elle pas arrêtée là ? Pourquoi s’être lancé dans une démonstration si périlleuse pour elle ? Un moment d’égarement probablement. Un grand saut dans le vide assurément.

Premier naufrage : « Je vais dans les entreprises très régulièrement. Je vois les ouvriers, ils viennent me montrer leurs bulletins de salaire. Ils me les montrent, physiquement. Maintenant, ils peuvent se rendre compte de ce qu’est la réalité du changement avec François Hollande. C’est que, ils me montrent leur bulletin de salaire avec maintenant ce qu’ils touchent en salaire net sans avoir leurs heures supplémentaires défiscalisées. ».

En fait, Nadine Morano confond exonération de cotisations sociales salariales, une mesure applicable depuis le 1er septembre 2012 et qui conduit effectivement à une baisse mécanique du salaire net sur les fiches de paie, et exonération fiscale (heures supplémentaires défiscalisées), une mesure qui aura pour conséquence de soumettre à l’impôt sur le revenu toutes les heures accomplies par les salariés postérieurement au 1er août 2012.

Mais la baisse constatée sur les bulletins de salaire correspond évidemment à la première mesure puisqu’en aucun cas ceux-ci ne portent mention d’un recouvrement fiscal qui a lieu par définition l’année suivante.

Second naufrage : « Ils [NDLA : les socialistes] ont supprimé les droits de succession. Vous savez qu’ils ont modifié les droits de succession que nous avons… Non, nous avions supprimé les droits de succession, ils les ont modifiés ».

Chère Nadine, je te confirme que c’est bien le gouvernement auquel tu appartenais qui a fait voter des dispositions favorisant l’exonération des droits de succession sous la forme d’un « paquet fiscal », dispositions que la gauche compte remettre en question.

Nadine Morano est une manifestation du principe de Fermat

Au final, c’est ce qui s’appelle se prendre les pieds dans le tapis de l’amateurisme et l’impréparation.C’est donc cette même Nadine Morano, grande professionnelle qui maîtrise ses dossiers aussi surement que le plancton maîtrise le courant, soutien affiché de Jean-François Copé et ancienne ministre du gouvernement Fillon, qui vient nous faire la leçon pour nous asséner que « ce gouvernement est nul ». Rien à ajouter, c’est parfaitement crédible…

Ceci dit, la bonne nouvelle, c’est que Nadine Morano fait avancer la science. Elle est la preuve vivante que le principe de Fermat s’applique aux humains.

Le principe de Fermat est une loi de l’optique géométrique qui, dans sa forme simplifiée et vulgarisée, énonce que la lumière emprunte toujours le chemin du temps le plus court, c’est-à-dire le chemin qui correspond à une dépense d’énergie minimale.

Nadine Morano est à la politique ce que le principe de Fermat est à l’optique, une recherche constante de la réflexion minimale (mais non lumineuse) et de l’argumentation minimaliste, qui finit par faire douter de ses véritables compétences.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s