Nadine Morano, plutôt que de nous parler d’économie, économisez vos interventions !

On le savait tous. Quand Nadine Morano a décidé d’apporter son soutien à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP, on savait que le « Morano show » initié durant la campagne présidentielle allait reprendre de plus belle et que Nadine Morano allait écrire de nouvelles pages de sa propre légende.

Sachant en outre qu’elle est désœuvrée depuis la perte de sa circonscription législative en juin dernier, il fallait s’attendre à ce qu’elle occupe son temps libre à courir les plateaux, pourrir le gouvernement et barrir doctement les éléments de langage mis à sa disposition par les têtes chercheuses de l’opposition.

Lire la suite

Nadine Morano soutient Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. Ça va être une belle campagne…

Dans une interview au Figaro à paraître mardi 18 septembre, Nadine Morano annonce son ralliement à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP. Ce qui est clair, c’est qu’on ne tombera pas de l’armoire en apprenant cette nouvelle, pour au moins deux raisons.

Premièrement, les relations avec François Fillon s’étaient refroidies au cours des législatives, l’ancien premier ministre n’ayant que peu goûté l’interview que Nadine Morano avait accordée à l’époque au journal Minute. Tout comme il n’avait pas non plus apprécié les appels du pied que l’ex-députée, en grande difficulté au soir du 1er tour, avait lancés à l’électorat frontiste, puisqu’elle n’avait pas hésité à dire qu’elle partageait avec le parti de Marine Le Pen les mêmes valeurs : « Je voudrais appeler les électeurs du Front national qui partagent nos valeurs, mes valeurs, à se retrouver sur ma candidature au second tour« . C’est ce qui s’appelle ajouter le déshonneur à la défaite.

Le canular de Gérald Dahan acheva de clouer Nadine Morano au pilori. Les digues morales du Sarthois avaient été franchies. Dans ces conditions, Fillon ne fit que le minimum syndical pour soutenir son ex-ministre.

Lire la suite

Traité de physique politique : Nadine Morano et le principe de Fermat

En optique géométrique, le principe de Fermat dans sa forme simplifiée et vulgarisée énonce que La lumière emprunte toujours le chemin du temps le plus court, c’est-à-dire le chemin qui correspond à une dépense d’énergie minimale.

Et il en va ainsi plus généralement des systèmes physiques dans la nature où prévaut le principe de moindre action (le processus qui consomme le moins d’énergie sera privilégié par le système).

On raille abondamment et à juste raison le côté populo-vulgaire de Nadine Morano, ses dérives compulsives sur Twitter, ses naufrages lexicaux et grammaticaux, son appartenance ultra-zélée à la cellule riposte de l’UMP, sa supra-dépendance aux éléments de langage dont l’absence la prive de tout argument, son adulation sans borne de Nicolas Sarkozy et le fait qu’elle s’adonne à tout cela avec une dévotion admirable ou pathétique, selon le prisme que l’on utilise.

Lire la suite

Campagne 2012 : Les limites de la communication sarkozyste

L’interview de Nadine Morano, ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV jeudi 5 janvier, a permis d’illustrer par un cas d’école la communication du chef de l’état.

Car la ministre, fidèle à la grande tradition de la communication gouvernementale institutionnalisée, avait construit son intervention en 3 points.

Lire la suite

Suicide d’une adolescente de 12 ans et pendant ce temps-là, le cirque continue…

Une adolescente de 12 ans s’est donné la mort lundi soir à l’aide du fusil de chasse de son père, au domicile familial, dans la commune d’Eleu-dit-Leauwette (Pas-de-Calais), à la veille de sa rentrée scolaire dans un collège de Lens (AFP, ExpressNouvel Obs).

Selon les premiers indices, la situation de la jeune fille, « d’un point de vue scolaire, faisait que c’était devenu traumatisant d’aller au collège », selon le parquet de Béthune, pour qui l’origine de son mal-être paraît donc « être davantage d’origine scolaire que familiale ».

Cette information a été largement relayée et développée aujourd’hui dans la presse écrite et télévisuelle. Je l’ai moi-même apprise dans la journée.

Il n’est pas de mots pour décrire ce drame qui confine à l’horreur absolue, il n’est donc pas question d’en disserter. Par ailleurs, l’enquête en cours et le respect de la famille interdisent tout commentaire sur les causes supposées.

Mais cette gamine était scolarisée dans un collège de l’école de la République. A cet égard, j’attendais une réaction digne et sincère de la part de la classe politique dans son ensemble et spécialement du gouvernement.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on y a été de notre poche !

Lire la suite