UMP. Copé sanctionné dans les sondages, victime de sa pratique de la politique ?

Le Figaro publiait en début de semaine un sondage OpinionWay réalisé auprès des sympathisants UMP, comparant les chances de François Fillon et de Jean-François Copé de remporter l’élection pour la présidence du parti. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sondage n’est guère favorable au député-maire de Meaux.

Jean-François Copé, sanctionné autant sur la forme que sur le fond

Ainsi, lorsqu’on interroge les sympathisants sur celui qui est le plus « capable de mener l’UMP à la victoire aux élections locales de 2014 », François Fillon arrive largement en tête (à 35% contre 15%). De même, lorsqu’on les interroge sur la capacité des deux impétrants à « rassembler les électeurs de droite », Fillon devance Copé (39% contre 11%).

Lire la suite

Publicités

Nadine Morano soutient Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. Ça va être une belle campagne…

Dans une interview au Figaro à paraître mardi 18 septembre, Nadine Morano annonce son ralliement à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP. Ce qui est clair, c’est qu’on ne tombera pas de l’armoire en apprenant cette nouvelle, pour au moins deux raisons.

Premièrement, les relations avec François Fillon s’étaient refroidies au cours des législatives, l’ancien premier ministre n’ayant que peu goûté l’interview que Nadine Morano avait accordée à l’époque au journal Minute. Tout comme il n’avait pas non plus apprécié les appels du pied que l’ex-députée, en grande difficulté au soir du 1er tour, avait lancés à l’électorat frontiste, puisqu’elle n’avait pas hésité à dire qu’elle partageait avec le parti de Marine Le Pen les mêmes valeurs : « Je voudrais appeler les électeurs du Front national qui partagent nos valeurs, mes valeurs, à se retrouver sur ma candidature au second tour« . C’est ce qui s’appelle ajouter le déshonneur à la défaite.

Le canular de Gérald Dahan acheva de clouer Nadine Morano au pilori. Les digues morales du Sarthois avaient été franchies. Dans ces conditions, Fillon ne fit que le minimum syndical pour soutenir son ex-ministre.

Lire la suite

Jean-François Copé adoubé par le prince Jean. Et on n’osa même pas en rire…

Dire que Jean-François Copé cherche à capter l’héritage sarkozyste et à reconquérir les sympathisants UMP égarés et sonnés par la défaite aux présidentielles relève de la litote. Les références à l’ancien président sont tellement fréquentes dans ses différentes interventions qu’on en viendrait presque à se demander si un totem à l’effigie de Nicolas 1er ne trône pas dans la salle du conseil à la mairie de Meaux.

Cependant, personne n’est dupe des manœuvres de cet ancien Chiraquien, qui ne fut d’ailleurs pas toujours très tendre avec son nouvel ami de 2 ans, tant on comprend qu’elles n’ont pour unique objectif que de marquer sa différente avec le « traître et félon » Fillon.

A l’instar de la célèbre série des Martine, l’ami Copé nous a joué « Jean-François déjeune avec Nicolas au Cap-Nègre« , « Jean-François a un lien singulier avec Nicolas« , « Jean-François prend une véritable leçon de vie avec Nicolas« , « Jean-François imite Nicolas en meeting« . Et le nouvel opus, probablement déjà en préparation, devrait être « Jean-François dépose la petite Giulia à l’école (privée)« .

Lire la suite

Présidence de l’UMP : pourquoi Copé joue le jeu de Fillon en tapant sur Hollande

François Hollande dans le rôle du gibier

La chasse au Hollande est ouverte. Il ne se passe pas une journée sans que les dirigeants politiques, situés à la gauche de la gauche parfois, mais évidemment la plupart du temps dans l’opposition, dégainent un communiqué assassin ou une petite phrase destinée au 20 heures.

Illustration du sempiternel axiome de la Droite française qui énonce que la Gauche ne serait pas apte à exercer les responsabilités, car disqualifiée par son incurie supposée en matières économique et sécuritaire. Un axiome, contrairement à un théorème, ne se démontrant pas, la Droite a toujours estimé que le pouvoir lui revenait de droit, aussi surement que l’œuf sort du cul de la poule.

Lire la suite

Jean François Copé, mutant chiraquien égaré en Sarkozye

Jean François Copé a donc officialisé sa candidature à la présidence de l’UMP dimanche 25 août à Châteaurenard. Un show à l’Américaine contrastant avec le côté fête champêtre de Fillon au même moment : 2000 partisans chauffés à blanc; les députés Lionnel Luca et Thierry Mariani venus en voisins, y compris idéologiques, rassurer définitivement l’électeur frontiste frondeur. Et dans un coin, la photocopieuse à parrainages, pour ceux qui veulent franchir ce nouveau pont d’Arcole avec l’ami Jean François.

Une démonstration de puissance pour celui qui, en qualité de secrétaire général, continue d’utiliser l’appareil en foulant aux pieds les règles les plus élémentaires de l’équité démocratique. Il faut dire qu’il a été à bonne école pendant la présidentielle.

Lire la suite