UMP. Copé sanctionné dans les sondages, victime de sa pratique de la politique ?

Le Figaro publiait en début de semaine un sondage OpinionWay réalisé auprès des sympathisants UMP, comparant les chances de François Fillon et de Jean-François Copé de remporter l’élection pour la présidence du parti. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sondage n’est guère favorable au député-maire de Meaux.

Jean-François Copé, sanctionné autant sur la forme que sur le fond

Ainsi, lorsqu’on interroge les sympathisants sur celui qui est le plus « capable de mener l’UMP à la victoire aux élections locales de 2014 », François Fillon arrive largement en tête (à 35% contre 15%). De même, lorsqu’on les interroge sur la capacité des deux impétrants à « rassembler les électeurs de droite », Fillon devance Copé (39% contre 11%).

Lire la suite

Publicités

Après le racisme anti-blanc de Copé, la Droite forte théorise le racisme anti-fonctionnaire

La « Droite forte – Génération Sarkozy » est un courant né sur les cendres du sarkozysme en plein cœur de l’été, à l’initiative des deux « angelots d’apparence », Guillaume Peltier et Geoffroy Didier. Et ce courant fourbit ses armes en vue du congrès de l’UMP en novembre.

Créditée de 39% d’intention de vote, leur motion semble avoir de grandes chances de remporter la mise auprès des sympathisants. C’est le signe que le centre de gravité de l’électorat UMP tangente clairement la droite de la droite.

Lire la suite

Recomposition de la droite : Marine Le Pen lance son OPA sur l’UMP

Marine Le Pen a fait sa rentrée politique, fidèle à la tradition familiale qui veut que, pour imprimer les esprits, il faut avant toute chose battre le fer de l’outrance. Parce qu’elle a compris que le journalisme d’aujourd’hui est contraint par l’accélération de l’information et la prolifération de ses supports, elle fait dans le politiquement incorrect, confirmant que la forme et la formule doivent primer sur le fond et le sens.

En accordant une interview au journal Le Monde dans laquelle elle indique être favorable à l’interdiction du port du voile musulman dans l’espace public (les magasins, les transports, la rue, en plus des administrations), elle a lancé un pavé dans la mare, ou plutôt un parpaing dans son marigot doctrinaire.

Elle l’a fait en toute connaissance de cause évidemment, sachant pertinemment que, suite aux manifestations ou émeutes liées au film anti-islam et aux caricatures de Charlie Hebdo, toute la classe politico-médiatique se serait emparée de ses déclarations et les auraient propulsées en une de tous les journaux. Pari gagné donc.

Lire la suite

Nadine Morano soutient Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. Ça va être une belle campagne…

Dans une interview au Figaro à paraître mardi 18 septembre, Nadine Morano annonce son ralliement à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP. Ce qui est clair, c’est qu’on ne tombera pas de l’armoire en apprenant cette nouvelle, pour au moins deux raisons.

Premièrement, les relations avec François Fillon s’étaient refroidies au cours des législatives, l’ancien premier ministre n’ayant que peu goûté l’interview que Nadine Morano avait accordée à l’époque au journal Minute. Tout comme il n’avait pas non plus apprécié les appels du pied que l’ex-députée, en grande difficulté au soir du 1er tour, avait lancés à l’électorat frontiste, puisqu’elle n’avait pas hésité à dire qu’elle partageait avec le parti de Marine Le Pen les mêmes valeurs : « Je voudrais appeler les électeurs du Front national qui partagent nos valeurs, mes valeurs, à se retrouver sur ma candidature au second tour« . C’est ce qui s’appelle ajouter le déshonneur à la défaite.

Le canular de Gérald Dahan acheva de clouer Nadine Morano au pilori. Les digues morales du Sarthois avaient été franchies. Dans ces conditions, Fillon ne fit que le minimum syndical pour soutenir son ex-ministre.

Lire la suite

Bernard Arnault, le caillou dans la chaussure de la Droite

La demande de naturalisation de Bernard Arnault, sollicitant la double nationalité franco-belge, divise la classe politique.

L’information, divulguée au cours du week-end, a bien évidemment été corrélée au projet de loi de François Hollande visant à créer une tranche d’imposition à 75% pour les revenus au-dessus d’un million d’euros. Fortement soupçonné d’exil fiscal même s’il a publié un démenti en ce sens, l’homme le plus riche de France est accusé de manquer de patriotisme. Le mot est à la mode : habituel marqueur de droite, François Hollande l’a habilement préempté lors de son intervention de dimanche sur TF1.

Lire la suite