Affaire Woerth – de Mestre – Bettencourt : grande braderie en Sarkozye

Souvenons-nous, le 31 mars en déplacement à Bastia, François Bayrou déclarait, suite au maintien en détention de l’ex-conseiller financier de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre, que cette décision de la cour d’appel de Bordeaux ouvrait « un champ d’inquiétude et de suspicion très grand sur le financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy ».

Mardi dernier dans l’émission Des paroles des actes sur France 2, Eva Joly, candidate EELV et ex-juge d’instruction du pôle financier de Paris, déclarait à son tour qu’il existait des « présomptions concordantes et précises » contre Nicolas Sarkozy dans les affaires Bettencourt et Karachi et que c’était une « anomalie de pouvoir solliciter un second mandat alors que vous êtes cerné par des affaires judiciaires et que vous ne vous expliquez pas ».

Lire la suite

Jean-François Copé, le Roquet Balboa de l’UMP qui boxe en catégorie gros lourd

Folle semaine pour Jean-François Copé (JFC), « le pire d’entre eux mais pas avant 2017 », désintégré et mis en orbite par Audrey Pulvar samedi dernier dans l’émission de Ruquier On n’est pas couché, mais qui avait décidé de remettre les gants hier soir dans l’émission politique Des paroles des actes, dans un duel, un rituel présidentio-initiatique devrait-on dire, avec l’invité de l’émission François Hollande.

Copé humilié…

Samedi, trop sûr de sa supériorité et dégoulinant de condescendance à l’égard des deux chroniqueuses (ah, cette façon de leur donner du « Audrey » et du « Natacha » [Polony]…), il se fait bananer pendant toute l’émission et cueillir par un crochet d’Audrey Pulvar à propos de son amitié avec Ziad Takieddine, qui le met dans les cordes pour le reste de l’émission (voir la séquence à 5’30). A cet instant précis, la solitude de Copé fait peine à voir (non, je déconne).

Lire la suite

Mélenchon – Le Pen acte 2… mais maintenant, c’est papa qui veut débattre !

Selon une dépêche de l’AFP du dimanche 26 février, le président d’honneur du Front national Jean-Marie Le Pen a traité dimanche Jean-Luc Mélenchon de voyou pour avoir « pris à partie une femme », Marine Le Pen, jeudi sur France 2 dans l’émission Des paroles des actes, et a proposé un débat au candidat du Front de gauche à la présidentielle.

« Je trouve scandaleux qu’un voyou comme M. Mélenchon se croit autorisé à prendre à partie une femme », a déclaré Jean-Marie Le Pen, commentant à l’émission Radio France Politique le face-à-face télévisé entre sa fille et le dirigeant du Front de Gauche jeudi dernier. « Parce que ce sont des méthodes de voyou », a-t-il insisté.

Le dirigeant du Front National a dit, semblant le regretter, que Mme Le Pen « n’a pas voulu, pour des raisons que je respecte, discuter avec Mélenchon ». « Moi, j’offre un débat à M. Mélenchon et je vais lui retirer son caleçon, et je vais montrer ce qu’il est : le candidat des communistes, qui ont du sang sur les mains jusqu’aux coudes ».

« J’attends M. Mélenchon dans un débat quand il veut, où il veut », a-t-il repris.

Lire la suite

Marine Le Pen a-t-elle fait économie première langue ?

Chère Jean-Marine,

Hier, suite à ta séquence apocalyptique face à Jean-Luc Mélenchon dans l’émission Des Paroles Des Actes, j’ai écrit un billet peu charitable à ton encontre. Ton refus de débattre avec le candidat du Front de Gauche me libéra en effet l’espace pour un propos logorrhéique et vitriolé qu’aujourd’hui, après cette gueule de bois télévisuelle, je serais presqu’en passe de regretter.

Car oui, il y a eu pire et j’en viens à me demander si je ne me suis pas trompé de bataille.

Ce pire, ce fut ta confrontation avec François Lenglet, journaliste économique et directeur de la rédaction de BFM Business. Ce pire, je l’ai tout d’abord raté : en petit bourgeois hédoniste, je m’étais autorisé une sortie au restaurant, qui me fit rater ta prestation de haut vol sur les questions économiques. J’ai donc dû me rattraper aujourd’hui. C’est bien normal, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même de jouer au bourgeois. Si Jean-Luc Mélenchon savait ça, il ne me calculerait plus et, le cas échéant, ne me lirait plus !

Lire la suite

Marine Le Pen : à l’école de Montretout, on n’enseigne ni le courage politique, ni la dignité

Jeudi 23 février 2012, fin du rêve présidentiel pour Marine Le Pen. En refusant le débat ce soir avec Jean-Luc Mélenchon dans l’émission Des Paroles des Actes sur France 2, la petite fille gâtée de Montretout a prouvé qu’elle n’avait à l’évidence pas le cuir assez dur pour endurer les joutes politiques sérieuses et qu’elle n’était pas à même de tenir la distance dans cette élection.

Bref rappel de ce qui a précédé (Voir cet article d’Alexis Corbière sur Le Plus du Nouvel Observateur). A l’origine, France 2 voulait organiser un débat Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon. Refus de Marine Le Pen, qu’elle justifie par 3 arguments :

Lire la suite