Nadine Morano, plutôt que de nous parler d’économie, économisez vos interventions !

On le savait tous. Quand Nadine Morano a décidé d’apporter son soutien à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP, on savait que le « Morano show » initié durant la campagne présidentielle allait reprendre de plus belle et que Nadine Morano allait écrire de nouvelles pages de sa propre légende.

Sachant en outre qu’elle est désœuvrée depuis la perte de sa circonscription législative en juin dernier, il fallait s’attendre à ce qu’elle occupe son temps libre à courir les plateaux, pourrir le gouvernement et barrir doctement les éléments de langage mis à sa disposition par les têtes chercheuses de l’opposition.

Lire la suite

Nadine Morano soutient Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. Ça va être une belle campagne…

Dans une interview au Figaro à paraître mardi 18 septembre, Nadine Morano annonce son ralliement à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l’UMP. Ce qui est clair, c’est qu’on ne tombera pas de l’armoire en apprenant cette nouvelle, pour au moins deux raisons.

Premièrement, les relations avec François Fillon s’étaient refroidies au cours des législatives, l’ancien premier ministre n’ayant que peu goûté l’interview que Nadine Morano avait accordée à l’époque au journal Minute. Tout comme il n’avait pas non plus apprécié les appels du pied que l’ex-députée, en grande difficulté au soir du 1er tour, avait lancés à l’électorat frontiste, puisqu’elle n’avait pas hésité à dire qu’elle partageait avec le parti de Marine Le Pen les mêmes valeurs : « Je voudrais appeler les électeurs du Front national qui partagent nos valeurs, mes valeurs, à se retrouver sur ma candidature au second tour« . C’est ce qui s’appelle ajouter le déshonneur à la défaite.

Le canular de Gérald Dahan acheva de clouer Nadine Morano au pilori. Les digues morales du Sarthois avaient été franchies. Dans ces conditions, Fillon ne fit que le minimum syndical pour soutenir son ex-ministre.

Lire la suite

Dix raisons objectives (quoi que…) de ne pas voter Nicolas Sarkozy en 2012

Cher électeur, cher aficionado d’un camp ou de l’autre,

L’élection se profile à l’horizon et il va te falloir faire un choix cornélien les 22 avril et 06 mai prochains. Pour t’aider dans cette tâche qui engage ton avenir, celui de tes enfants, parents ou amis, je te livre en exclusivité une grille de lecture et d’analyse qui te sera d’un précieux secours.

Ce sont les 10 raisons de ne pas voter Nicolas Sarkozy en 2012. Pas de parti pris et donc aucun risque d’interprétation erronée, que du factuel, objectivité et tangibilité garanties. Alors, pourquoi ne faut-il pas reconduire le roi de Neuilly pour un second quinquennat ?

Lire la suite