Le petit déjeuner de cons (enfin, un seul !) dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin

Cher lecteur assidu et courageux,

Tu es fatigué de lire des billets vitriolés et orientés sur ce blog dont la partialité n’est plus à démontrer puisqu’elle en constitue le principal marqueur. Comme je te comprends. Moi-même, je rechigne à relire mes productions car mon partisanisme éhonté finit par me piquer les yeux.

Et je confesse d’autre part manquer parfois d’inspiration et de temps, les trolls se réclamant de ma descendance me laissant rarement le loisir d’être aussi méchant que je le voudrais lorsque mes doigts et mon cerveau décident de s’allier.

Alors, aujourd’hui, c’est détente, pour tout le monde, et je te propose un petit jeu très rapide.

Lire la suite

Publicités

Quand Jean-François Copé se fera-t-il enfin limer les canines ?

Voici une séquence qu’on a pu voir vendredi 23 mars dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, extrait :

Jean-François Copé qui ne pense pas une seconde, lorsqu’il balance ses inepties grosses comme le bras, que quelqu’un puisse lui reprocher ce que lui-même reproche aux autres. Quand on vous dit que Jean-François Copé est un type juste ridicule qui a le QI d’un poulpe mais qui se prend quand même pour Poséidon…

Lire la suite

« Si je perds la présidentielle, j’arrête la politique », Sarkozy joue tapis !

Nicolas Sarkozy a annoncé ce jeudi 08 mars sur RMC sa décision d’arrêter la politique en cas de défaite à la présidentielle.

Ainsi, selon RMC, à la question d’une auditrice « si vous perdez cette élection, est-ce que vous arrêtez la politique ? », Nicolas Sarkozy répond sans hésiter : « Oui ! ». Réinterrogé par Jean-Jacques Bourdin à ce sujet, le Chef de l’Etat ajoute en souriant : « Vous pouvez me poser la question une troisième fois, je vous le dis : oui ».

Prié de dire s’il reprendra alors son métier d’avocat, Nicolas Sarkozy conclut : « D’abord, je ne me mets pas dans cette perspective, mais puisque cette auditrice me pose la question – c’est normal, si je ne veux pas répondre aux questions, je ne viens pas –, je lui dis que je ne suis pas sûr d’aller m’installer à Annemasse [ndlr, ville où réside l’auditrice], mais que je ferai autre chose ; quoi, je ne sais pas et c’est pas le moment d’en parler ».

Lire la suite

Traité de physique politique : Nadine Morano et le principe de Fermat

En optique géométrique, le principe de Fermat dans sa forme simplifiée et vulgarisée énonce que La lumière emprunte toujours le chemin du temps le plus court, c’est-à-dire le chemin qui correspond à une dépense d’énergie minimale.

Et il en va ainsi plus généralement des systèmes physiques dans la nature où prévaut le principe de moindre action (le processus qui consomme le moins d’énergie sera privilégié par le système).

On raille abondamment et à juste raison le côté populo-vulgaire de Nadine Morano, ses dérives compulsives sur Twitter, ses naufrages lexicaux et grammaticaux, son appartenance ultra-zélée à la cellule riposte de l’UMP, sa supra-dépendance aux éléments de langage dont l’absence la prive de tout argument, son adulation sans borne de Nicolas Sarkozy et le fait qu’elle s’adonne à tout cela avec une dévotion admirable ou pathétique, selon le prisme que l’on utilise.

Lire la suite

Campagne 2012 : Les limites de la communication sarkozyste

L’interview de Nadine Morano, ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV jeudi 5 janvier, a permis d’illustrer par un cas d’école la communication du chef de l’état.

Car la ministre, fidèle à la grande tradition de la communication gouvernementale institutionnalisée, avait construit son intervention en 3 points.

Lire la suite